Burundi : recouvrements forcés ou cotisations des domestiques au CATD


Les domestiques, boutiquiers de la capitale Bujumbura se voient exiger de payer de l’argent par des agents du collectif des associations des domestiques, CATD. Au refus du conformisme, certains sont battus ou dépourvus de leurs identités en présence des éléments policiers et le ministère de sécurité appelle tout policier à ne plus accompagner le CATD sur terrain.



Par: Isanganiro , jeudi 4 janvier 2018  à 14 : 57 : 26
a

Certains habitants de la zone urbaine de Kanyosha au sud de la capitale Bujumbura dénoncent certains agents de la police qui collaborent avec les travailleurs du collectif CATD pour les extorquer de l’argent. A défaut du payement, expliquent ces habitants, ils se voient leurs cartes d’identités retirées dans le but de les contraindre à adhérer au CATD . "Ils m’ont demandé une carte d’identité , j’ai refusé et ils ont alerté un agent de la police qui était avec eux par après j’ai dû obtempérer" a regretté un domestique.

Les cibles déplorent l’usage de force pour adhérer au CATD. "Ce sont les travailleurs du CATD qui nous arrêtent accompagnés par des policiers qui se dissimulent d’abord. Ils m’ont pris mon badge après m’avoir giflé alors que je croyais avoir déjà payé le nécessaire", indique un autre domestique qui est membre, dit -il , d’une autre association.

CATD, hors bornes de son champ d’action

Le CATD, connu comme un collectif des associations des travailleurs domestiques ne cesse pas d’accroitre son champ de recrutement. En plus des domestiques, le CATD est tenté de recruter les boutiquiers et les coiffeurs. Un des boutiquiers se lamente pour avoir été escroqué. "Ils sont venus dans ma boutique accompagnés d’un policier muni de son fusil. Quand j’ai vu ce policier, je croyais qu’il s’agissait d’une opération. Je demande d’être remboursé mon argent" déplore un boutiquier qui trouve son droit violé . "En principe, on adhère à une association volontairement mais, pour CATD, c’est par force", ajoute t -il.

A toutes lamentations, le collectif balaie d’un revers de la main toutes ces accusions. Pour le représentant du CATD, les frais perçus sont destinés à l’achat des cartes dites d’identification du métier. Richard Manirambona, sans donner des éclaircissements sur celui qui les a mandatés, se limite à dire que le travail de son collectif ne vise que l’ identification des domestiques .

Les domestiques extorqués sont invités à saisir la police

Selon le ministère de la sécurité ,la police a été alertée de ces recouvrements forcés au sein de la population. Le porte parole de ce corps de sécurité , Pierre Nkurikiye, appelle tout domestique qui s’est vu extorquer de l’argent à coup de force par le CATD de se confier à la police pour tenter de récupérer son argent. Il a été ordonné, ajoute t-il, à tout policier de ne plus accompagner les agents du CATD sur terrain dans ses travaux à partir de ce mercredi 3 Janvier 2018

Face aux cotisations forcées, dans une émission publique du 29 décembre 2017, le président de la république a rappelé que l’adhésion à une association relève de la volonté de chaque individu. Le numéro un burundais, Pierre Nkurunziza a précisé que, outre les frais de fonctionnement de l’association tel que prévus et convenus, les autres frais supplémentaires recouvrés par force n’est qu’ une violation de la loi et invite les instances habilitées à se pencher sur les cas déjà relevés.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

113 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 10 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 3 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 3 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 3 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 3 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 3 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 3 %)

La transparence de la caisse du marché central mise en cause,(popularité : 3 %)

L’amélioration du climat des affaires, un souffle pour l’économie burundaise,(popularité : 3 %)