Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi


Les missions officielles effectuées à l’intérieur du pays nécessitent l’autorisation d’un vice-président de la République. Cependant, les déplacements officiels à l’étranger exigent l’autorisation du gouvernement. Les frais de missions sont désormais attribués par catégorie de fonctionnaires de l’Etat.



Par: Isanganiro , jeudi 4 janvier 2018  à 15 : 47 : 34
a

Dans un arrêté du 28 Décembre de l’année dernière, signé conjointement par le 1er et 2ème vice-président de la République, les déplacements officiels sur le territoire national exigent une autorisation du vice-président de la république de tutelle. Selon le même décret, toutes les missions à l’étranger doit être autorisées par le gouvernement tenant compte de son budget et ses priorités.

En outre les demandes d’autorisation d’ordre de mission doivent justifier son objet, son intérêt, les lieux où elle sera effectuée, le nom et la qualité du fonctionnaire. « Les déplacements privés des membres du gouvernement sont portés à la connaissance du cabinet du vice-président de la République dont il relève », exigent Gaston Sindimwo et Joseph Butore.

Pour les missions à l’intérieur du pays, les frais de mission seront octroyés suivant les catégories du fonctionnaire. Le membre du gouvernement et personnalité ayant le rang de ministre aura droit à une somme de 70 mille francs burundais, 50 mille Francs burundais pour les cadres de directions générales, 40 mille francs burundais pour les fonctionnaires de la catégorie de collaboration et 30 mille de francs burundais pour les fonctionnaires de la catégorie d’exécution.

Concernant les missions à l’étranger, 350 dollars américains seront octroyés aux membres du gouvernement et personnalités ayant rang du ministre. Les directeurs généraux et autres cadres de direction perçoivent 300 dollars américains et 250 dollars pour les autres fonctionnaires. Cependant, « lorsque les diplomates burundais effectuent des missions dans les pays d’accréditation autres que les pays où ils résident, les frais encourus ne sont pas à la charge du gouvernement », précise le même arrêté.

Cet arrêté concerne les membres du gouvernement, les membres du parlement, les personnalités et agent du secteur parapublic ou privé ainsi qu’aux éléments de forces de l’ordre une fois confiés à une mission officielle.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

187 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe





Les plus populaires
Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours,(popularité : 34 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 6 %)

‘’Les partenaires prêts à accompagner la CEPGL même sans sommet’’, dixit Herman Tuyaga,(popularité : 5 %)

Burundi : Une nouvelle taxe sur éducation est en cours de préparation,(popularité : 4 %)

Le Parcem s’inquiète sur la rapide intégration régionale en Afrique de l’Est ,(popularité : 3 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 3 %)

Burundi : Recul dans le classement en Indice de Développement Humain ,(popularité : 3 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Mobicash Burundi, solution à la bancarisation ? ,(popularité : 3 %)