La sécurité manque au Burundi : Le pouvoir interpellé




Par: Désiré Nimubona , lundi 12 septembre 2011  à 08 : 29 : 58
a

Chaque jour qui passe, chaque nuit emporte des vies humaines et endeuille le Burundi. Ceci se passe au moment où les autorités administratives et sécuritaires ne cessent de clamer haut et fort que la paix abonde au pays. La plupart des victimes sont arrêtées au vue de tout le monde et tuées par ceux qui sont censés les protéger, quelques fois en complicité avec l’administration et les membres de la ligue des jeunes imbonerakure du CNDD FDD.

Les groupes armés sont aussi pointés du doigt dans ces crimes odieux. La police présidentielle est également citée. C’est le cas dans les communes de Muyinga et Butihinda en province de Muyinga, on en parle dans la province de Bujumbura, à Gihanga dans la province de Bubanza, pour ne citer que cela. Il n’y a pas que ces assassinats, on parle également çà et là des portés disparues après avoir été dans les mains de la police. Les familles des disparus disent que les leurs sont victimes des mobiles politiques.

Malgré tout cela, le conseil national de sécurité a porté à la connaissance de l’opinion tant nationale qu’internationale que la paix et la sécurité sont au bon fixe. Quoi qu’il en soit, ces propos ne sont pas de nature à tranquilliser les familles éprouvées, sinon la définition de la sécurité aurait-elle changée de sens ?

Aujourd’hui certains agents de la police présidentielle sont nominativement pointés du doigt dans des affaire de criminalité, est ce la mission la mission qui leur est assignée ? Ils sont dénoncés et restent libre alors que pour un simple citoyen, il suffit d’être soupçonné pour être arrêté, encore faut-il le retrouvé vivant. Et le rôle de la justice ? Maintenant que même les parlementaires ne sont plus épargnés, qu’en sera-t-il pour un pauvre citoyen ?

Mais qu’à cela ne tienne, Tôt ou tard, les responsabilités historiques pèseront lourdement sur les commanditaires de tous ces plans machiavéliques car la vérité finit toujours par triompher.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

735 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Nous ne savons rien du fonctionnement des feux tricolores », disent certains conducteurs



a

En moins de 24heures, Bujumbura perd ses quatre citadins



a

Un incendie près de la Station Mogas Kigobe



a

La criminalité en recrudescence à Musaga



a

Burundi : Il est libre après une semaine de détention en RD Congo



a

Week end Sécurité : Le bilan s’alourdit du jour le Jour



a

Bururi : Commémoration de vingt ans après les massacres des 40 séminaristes de Buta



a

Muyinga : Un papa brule son fils



a

Bubanza : Le retour des femmes /hommes adeptes d’Eusebie crée de remous dans les familles de Musigati



a

Le trafic des êtres humains inquiète les sénateurs burundais





Les plus populaires
Nkurunziza appelle au calme et à l’arrestation des assassins du Général Nshimirimana,(popularité : 4 %)

Un officier de la FDN kidnappé dans la réserve naturelle de Rukoko,(popularité : 3 %)

Le ministre de la sécurité publique promet de ramener la sécurité en moins de 2 mois,(popularité : 3 %)

Cibitoke : Plus de 10 personnes tuées dans des accidents de roulage à moins de deux semaines,(popularité : 2 %)

La police s’est affrontée avec des criminels, dit Nkurikiye,(popularité : 2 %)

Un prêtre catholique échappe de justesse à un lynchage par des imbonerakure à Makamba,(popularité : 2 %)

Mbonimpa attaqué et blessé,(popularité : 2 %)

Museveni fait un détour pour arriver à Bujumbura,(popularité : 2 %)

Le désarmement forcé se poursuit dans différents quartiers de la capitale Bujumbura,(popularité : 2 %)

ISALE/SECURITE : Pontien BARUTWANAYO n’est plus,(popularité : 2 %)