Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république


84% des ménages en unions libres de la province de Bubanza et 64% en commune et province Rumonge ont régularisés leurs mariages. Les chefs administratifs des deux provinces menacent de sanctionner les retissants.



Par: Isanganiro , mardi 9 janvier 2018  à 17 : 41 : 12
a

Dans un recensement effectué en 2017 dans la province de Bubanza, il a été dégagé 7 901 cas d’unions libres. Après l’appel du président de la république de régulariser les mariages jusqu’au 31 Décembre 2017, 6 676 couples ont pu régulariser leurs mariages soit 84% selon Tharcisse Niyongabo, gouverneur de la province de Bubanza.

Plus de 2000 couples n’ont pas répondu à l’appel lancé par le numéro un burundais en province Bubanza d’après cette autorité provinciale. « Certaines femmes ou hommes ont refusé cette régularisation des mariages sans donner d’explication » déplore le gouverneur de Bubanza. Tharcisse Niyongabo ajoute également que des sanctions vont être prises à l’ endroit de ces personnes qui n’ont pas encore officialisé leurs unions.

Selon un recensement en province de Rumonge, 5 632 ménages étaient en union libre. Tenant compte des sensibilisations qui ont été faites, explique l’administrateur de Rumonge, l’état civil a pu enregistrer 3 360 mariages soit 64% jusqu’au 31 Décembre. Le rapatriement en cours de ce mois de Janvier va ajouter, estime Célestin Nitanga, près de 500 autres mariages.

A côté des 36% qui n’ont pas encore régularisés leurs unions, Célestin Nitanga, administrateur communal de Rumonge appelle la population à se ranger du côté de la loi. « Personne n’est au-dessus de la loi, il faut que ces personnes en unions libres choisissent de vivre dans la légalité » déclare-t-il. L’administrateur de Rumonge demande néanmoins que la période pour l’enregistrement de ces unions libres soit rallongée.

Cette campagne de « moralisation de la société » a comme objectif, selon le gouvernement burundais, de lutter contre la surpopulation, les grossesses non désirées . Selon le code pénal burundais l’union libre est punissable d’u emprisonnement de 1 à 3 mois et d’une amende de 100 000 Fbu




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

134 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé



a

Cibitoke : Le soleil et la chenille légionnaire, de véritables ménaces pour le maïs



a

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille



a

Burundi : les autodidactes à l’Exetat doivent contribuer à leurs prises en charge



a

Désormais une somme 50 mille fbu sera exigée pour être candidat autodidacte à l’Examen d’Etat



a

Redéploiement des enseignants : des mesures d’accompagnements s’avèrent indispensables



a

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi



a

Muyinga : Des propriétaires des termitières grignotent sur les moustiquaires



a

Rumonge : Célébration de la journée internationale de l’enseignant



a

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance





Les plus populaires
Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 23 %)

Unions libres à Bubanza et Rumonge : état des lieux après l’ultimatum du président de la république,(popularité : 6 %)

Kirundo/Des enseignants exilés, la DPE compte recourir aux volontaires,(popularité : 4 %)

Région des Grands Lacs : Un peuple blessé dans le besoin de guérison,(popularité : 4 %)

IGIRUBUNTU Thierry de retour chez lui ,(popularité : 3 %)

Burundi : Le Lycée Islamique de Rumonge dans le collimateur du Ministère de l’éducation,(popularité : 3 %)

Les étudiants se font justice ,(popularité : 3 %)

Le chef a dit, la grève prend de l’ampleur ,(popularité : 3 %)

Les Batwa : Indépendants certes, mais victimes de défis aussi ,(popularité : 3 %)

La société civile et la mairie de Bujumbura à couteau tiré ,(popularité : 3 %)