Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive


Le Collectif des Syndicats du Burundi (COSYBU) demande au ministère des finances et du budget de sursoir à touteretenue sur salaire des fonctionnaires pour la contribution des élections de 2020. Le vice-président de ce collectif appelle à un dialogue entre les travailleurs et le gouvernement.



Par: Isanganiro , jeudi 11 janvier 2018  à 17 : 16 : 40
a

Dans une correspondance sortie le 8 Janvier 2018, le COSYBU réclame la suspension de la retenue sur salaire pour l’apport des fonctionnaires aux élections de 2020. Le vice-président de ce rassemblement, en se référant à l’ordonnance conjointe du ministère de l’intérieur et celui des finances, voudrait qu’il y ait une initiation d’un dialogue avec le Gouvernement « A l’article 5 de cette ordonnance, il est mentionné qu’un dialogue social doit se faire pour expliquer le processus malheureusement cela tarde à se faire »,déplore Célestin Nsavyimana.

Ce syndicaliste regrette que des employeurs aient déjà commencé à faire des retenues sur les salaires de leurs employés « Certains responsables administratifs demandent ces contributions alors que l’application de cette ordonnance n’a pas encore eu lieu. Ces cotisations devraient débuter avec la fin du mois de Janvier ».

L’ordonnance ministérielle régissant la contribution aux élections de 2020 stipule que le caractère volontaire doit être observé. Mais Célestin Nsavyimana, vice-président du COSYBU indique que cela n’est pas respecté « Quelques administratifs usent de leur pouvoir pour exiger les cotisations, cela montre un caractère plutôt obligatoire ». Il ajoute que les fonctionnaires adhèrent à cette idée de contribution mais si elle reste volontaire.

Le numéro 2 du COSYBUsouhaite que le gouvernement burundais parleavec ces syndicats pour trouver une issue. « Je ne pense pas que le gouvernement nous refusera le dialogue parce que ce sont 2 de ses ministères qui ont sorti cette ordonnance qui va régir ces retenues »,espère Nsavyimana

Le vice-président du COSYBU, tient à signaler que cette correspondance adressée aux 2 ministres ne signifie en aucun cas qu’ils sont contre la contribution aux élections de 2020 « Nous incitons les gens à cotiser mais selon les règles convenues pour éviter que certains employeurs ne s’arrogent le droit de prélever un montant plus élevé que ce qui est déjà prévu ».

Le ministère de l’intérieur et celui des finances avaient sorti l’ordonnance conjointe pour régir les contributions aux élections en indiquant vouloir collecter l’argent pour une « bonne préparation » des élections par les burundais eux-mêmes, sans solliciter des aides extérieures.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

108 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif



a

"Le retrait du Burundi de la CPI n’est pas synonyme de l’impunité", dit la Ministre de la Justice



a

Des engins de pêche prohibée saisis à Rumonge



a

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs



a

Une forte présence des militaires et policiers à Ngagara



a

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées



a

Burundi : Trente civils tués en 2 semaines, la Ligue Iteka s’inquiète



a

Les négociations de Bujumbura suspendues ce samedi



a

Deux civils tués et un policier grièvement blessé au centre-ville Bujumbura.



a

La justice burundaise active le dossier du massacre des Banyamulenge





Les plus populaires
Rumonge :Le législatif « contredit » ou « corrige » l’exécutif,(popularité : 3 %)

Burundi : Elections 2020, la contribution qui fait couler beaucoup d’encre et de salive,(popularité : 3 %)

Burundi : Une troisième arrestation en 24 heures d’un narcotrafiquant à l’aéroport ,(popularité : 3 %)

A qui profite la limitation des libertés publiques ?,(popularité : 3 %)

Le cri des porteurs et malades du VIH/ SIDA,(popularité : 2 %)

BURINGA –Des personnes en provenance d’un enterrement attaquées ,(popularité : 2 %)

Simples faussaires ou administration parallèle ? ,(popularité : 2 %)

Deux journalistes, même leu , même heure , reportages différents ; Le CNC met en garde ,(popularité : 2 %)

Conflit de représentation au sein de la coalition COPA : MUTABAZI dans les collimateurs ,(popularité : 2 %)

Un nourrisson éloigné de sa maman à base de conflits,(popularité : 2 %)