Revue de la presse du 13 Janvier 2018




Par: Isanganiro , samedi 13 janvier 2018  à 12 : 53 : 13
a

Le journal Iwacu revient, dans son éditorial sur des descentes du gouvernement tous azimuts pour expliquer les amendements à apporter à la constitution de 2005, depuis un mois.

C’est son initiative, le projet lui tient tant à cœur écrit Iwacu , il doit expliquer à la population la nécessité de changer certaines dispositions .A en croire notre confère , pour certains observateurs , cette campagne faite seulement par l’ initiateur du projet , est une façon tacite de convaincre , influencer le peuple à voter oui .

Les opposants à l’amendement de la constitution et la société civil en exil ; farouches défenseurs de l’accord d’Arusha tentent d’ entre dans le jeu mais leurs cris sont vite étouffés. Cette opposition qualifie la situation de deux poids deux mesures. De son côté, la plate-forme de l’opposition radicale cnared appelle au boycott, elle parle d’une mascarade, d’un boulevard vers la guerre civile.

Selon toujours l’hebdomadaire, la situation risque de se compliquer. La commission électorale nationale indépendante devrait jouer son rôle et l’assumer, donner un message clair et ferme et éviter des fuites en avant. L’éditorialiste estime qu’ il faudrait que la ceni convoque une réunion a l’ intention du gouvernement et d’ autres acteurs politiques pour une mise au point .

L’agence en ligne net press ecrit également sur cette campagne d’explication des articles amandés. Le président de la chambre basse du parlement burundais, Pascal Nyabenda, au cours de sa visite en province de Rumonge (au Sud du pays), a affirmé que « il n’est pas encore temps d’entamer la campagne de voter oui ou non, nous sommes venus pour vous expliquer le contenu de certains articles de la loi fondamentale à réviser. ". D’autre part, l’ assistant du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique et porte-parole de ce ministère, Térence Ntahiraja, qui était parmi la délégation, a invité la population de Rumonge à voter « oui"

Un administratif à la base dévoile l’existence d’une nouvelle boisson très alcoolisée fabriquée dans la mairie appelée « inkoneseri ». écrit l’agence burundaise de presse ABP .

Un membre du conseil collinaire de Kigwati I en zone Rukaramu qui a requis l’anonymat a indiqué vendredi 12 janvier 2018 à l’ABP qu’il venait de déverser 780 litres d’umudiringi mais, qu’il y a une autre boisson très alcoolisée fabriquée dans la capitale Bujumbura, vendue à Rukaramu appelée "inkoneseri". « Une fois que cette boisson est interceptée, il y a des pressions qui sont exercées sur nous, a-t-il révélé », ajoutant qu’ils reçoivent des coups de téléphone en provenance de la capitale leur demandant de laisser passer cette boisson. Cette révélation a été faite au cours d’une réunion de sécurité tenue vendredi par le gouverneur de la province Bujumbura, Mme Nadine Gacuti.

Le commissaire provincial Kwizera a rétorqué que c’est un mensonge et a conseillé à ces gens qui disent recevoir des coups de téléphone de lui donner les numéros qui ont téléphoné pour qu’il suive l’affaire.

Le commissaire provincial de la police l’OPC2 Kwizera Jean Pierre a fait savoir que le 31 décembre 2018, plus de 600 litres de la boisson communément appelée "umudiringi" ont été déversés ainsi que plus de 300 litres de Kanyanga. Il dénonce cependant une implication de certains administratifs à la base qui ferme les yeux face à la commercialisation de ces stupéfiants du fait qu’ils y trouveraient un intérêt pécuniaire.

Halte à la vente des produits transformés non certifiés ; ecrit le journal Burundi Eco

Les entrepreneurs sont appelés à faire certifier leurs produits transformés avant de les mettre sur le marché. C’est dans l’optique de protéger les consommateurs contre les dangers que les produits non certifiés peuvent causer, d’agrandir les marchés d’écou- lement, de promouvoir les exportations et de contribuer au développement du pays.

Selon le Dr François Havyarimana, directeur du Bureau Burundais de Normalisation et Contrôle de la Qualité (BBN) : « Ce n’est pas le commerçant qui prouve que son produit est de bonne qualité. C’est plutôt le BBN ». Pour qu’un produit transformé soit exporté, il doit être certifié par le BBN. Havyarimana informe que quand on exporte beaucoup, la balance commerciale devient excédentaire. Selon toujours lui, c’est un moyen efficace pour le pays d’avoir beaucoup de devises.

Après le redéploiement, les commissions électorales dépouillent les écoles d’enseignants ecrit le journal la voix de l’enseignant

Les membres des Commissions électorales indépendantes provinciales et communales proviennent pour la plupart du personnel enseignant dans toutes les provinces sauf en Mairie de Bujumbura. Elles demandent que le ministère en charge de l’éducation autorise l’utilisation des enseignants vacataires

En effet, les membres de ces commissions sont à majorité constitués d’enseignants. A titre exemplatif, sur les 11 membres de la commission électorale provinciale indépendante de Kayanza 8 sont des enseignants. A Cibitoke, il y a 5 enseignants sur les 8 qui forment la CEPI. Le lycée Cibitoke a fourni à lui seul 2 enseignants dont un chimiste et un anglophone. A Ruyigi, Makamba et Kirundo, ce sont les mêmes effectifs des enseignants qui sont allés prester comme membres des commissions. Les directions scolaires ne savent pas sur quel pied danser

Pourquoi certains hommes burundais n’aiment pas porter leurs alliances ? S’interroge la communauté des bloggers Yaga

J’ai constaté que plusieurs hommes mariés ont souvent un malaise en rapport avec les bagues de leurs mariages. En effet, il est difficile de comptabiliser le nombre exact d’hommes mariés qui perdent leurs alliances et refusent de les remplacer. Ce symbole qui fut jadis, le lien et l’attache auprès de sa dulcinée, devient un simple objet qu’on n’a pas besoin de chérir, voire une entrave. Souvent, j’ai entendu dire que certains craignent la marque laissée par une alliance.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

117 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message