Mouvements de petits ruminants temporairement limités à Ngozi


Dans une correspondance de ce mardi 16 janvier 2018 adressée aux administrateurs communaux, le gouverneur provincial de Ngozi suspend la commercialisation de petits ruminants, suite à une maladie dite épizootie de la peste. Ce responsable provincial justifie que cette mesure est prise pour protéger la zone non encore infectée, une mesure qui n’a pas été suivie ce mercredi à Vyegwa.



Par: Isanganiro , mercredi 17 janvier 2018  à 16 : 39 : 31
a

Dans cette correspondance , le gouverneur de la province Ngozi demande aux éleveurs et aux colporteurs de ne plus mettre le pied aux marchés pour vendre ou acheter les chèvres et moutons. Cette mesure d’Albert Nduwimana est prise après que cette maladie ait été remarquée dans les provinces limitrophes de Ngozi telle que Gitega.

Pour ce, il craint que cette maladie virale se propage dans la province dont il est gouverneur. Le gouverneur de Ngozi soupçonne que la maladie aurait pris l’origine des boucs de race « Rove » importées du Rwanda. Outre la commercialisation de petits ruminants interdite, celle des produits animaux issus de ces espèces est bannie.

Par contre, la mesure du gouverneur n’a pas été suivie. Depuis le matin de ce mercredi le marché de moutons et de chèvres à Vyerwa est resté ouvert. Les vendeurs de ces mammifères semblent avoir changé de moyens de transport. En tirant leurs bêtes sur une corde, ils préfèrent venir à pied. Boniface Nduwimana, représentant légal de l’union pour la promotion et la protection des animaux au Burundi redoute que cette maladie fasse rage à Ngozi.
.
La direction provinciale de l’agriculture et de l’élevage à Ngozi avait, quant à elle demandé le respect de cette mesure car dit -elle, cette maladie n’a pas eu de vaccin. Les provinces qui ont été déjà touchées par cette maladie sont Mwaro et Gitega.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

134 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme



a

A quand le démarrage du barrage hydro-agricole de Kajeke ?



a

Agriculture : Vers la « redynamisation » cotonnière au Burundi



a

Muyinga: Un don de lapins accordé aux femmes pour soutenir l’économie familiale



a

Marché de Kinama réhabilité : Course aux stands



a

La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière



a

Pénurie ou spéculation autour de petites pièces de monnaie





Les plus populaires
COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018,(popularité : 12 %)

Rumonge : L’huile de palme flambe,(popularité : 4 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 3 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 2 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 2 %)

Kobero : un centre commercial rentable, mais oublié en eau et électricité ,(popularité : 2 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 1 %)

Culture de la Stevia : Près de 200 emplois perdus et des milliards d’investissement en danger ,(popularité : 1 %)