Une hausse du prix du carburant qui "réanime " d’autres hausses


Après plus d’une semaine de pénurie de carburant, le ministère revoit à la hausse le prix du carburant. Il justifie la variation du prix par la dépréciation de la monnaie locale burundaise par rapport au dollar américain.



Par: Isanganiro , vendredi 19 janvier 2018  à 16 : 04 : 33
a

Dans un communiqué de presse sorti ce vendredi 19 janvier 2018, le ministre de l’énergie et mines annonce que le prix unitaire du litre du carburant est revu à la hausse.

L’essence et le mazout s’achèteront à 2250 francs burundais alors qu’ils étaient à 2100 francs burundais, soit une augmentation de 150 francs burundais
Le pétrole rampant s’achetrant à 2000fbu l litre.

Le ministre de l’énergie et mines justifie l’augmentation de ces produits par « la variation négative du taux de change de la monnaie locale par rapport au dollar américain ».De plus, Côme Manirakiza explique que le prix de ces produits est revu à la hausse en raison de la variation du coût sur le marché international.

Une hausse à risque

Selon une analyse d’une organisation PARCEM qui s’occupe de l’économie, cette variation du prix du carburant aura bel et bien des répercutions négatives sur le prix d’autres marchandises. Pour cette ONG locale, la reconnaissance par le gouvernement du Burundi de la dépréciation de la monnaie Burundaise est un pas. Faustin Ndikumana président de cette organisation déplore que les secteurs qui devraient générer des devises pour la stabilisation des prix au pays connaissent plusieurs défis.

Des révélations qui se concrétisent

Faisant suite à cette revue, les prix de transport changent depuis ce vendredi. Selon le communiqué conjoint des ministères du commerce et de l’énergie et mines, le prix de transport par bus en mairie de Bujumbura passent de 350fbu à 380 alors que les prix de transport à l’intérieur du pays et ceux des quartiers périphérique de la capitale, sont majorés de 7%.

Cette revue à la hausse des prix du carburant survient après plus d’une semaine de la raréfaction de ce produit .Des files d’attente se dessinaient de moment à l’autre devant les stations-services de la capitale Bujumbura de même qu’à l’intérieur du pays. Ce jeudi 18 janvier 2018, le porte-parole du ministère de l’énergie et mines avait donné trois jours d’espoir pour que cette pénurie du carburant ne se parle plus.

En guise de cette variation, le ministère du commerce donne des tarifs des transports rémunérés que vous découvrirez sur le Twitter d’Isanganiro Burundi

https://twitter.com/RadioIsanganiro/status/954383083813462026




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

130 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme





Les plus populaires
Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie,(popularité : 36 %)

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?,(popularité : 11 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

L’endettement intérieur de l’Etat burundais inquiète la PARCEM ,(popularité : 5 %)

L’ex –marché central de Bujumbura : Un futur business center,(popularité : 3 %)

C’est confirmé : l’argent en devise des ONG sera hébergé par la BRB d’ici le 31 mars,(popularité : 3 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 3 %)

Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit,(popularité : 2 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Une probable porte vers la corruption ,(popularité : 2 %)