La criminalité contre les enfants, une anomalie psychique ?


Deux enfants ont été enterrés vivant à Bubanza, deux mois avant deux autres enfants avaient été amputés les bras à Gitega, des problèmes psychiques pourraient en être la cause. Le psychothérapeute Hyppolite Manirakiza, directeur général du centre neuropsychiatrique de Kamenge justifie cette criminalité des racines des temps lointains des auteurs.



Par: Isanganiro , mardi 23 janvier 2018  à 15 : 50 : 05
a

Le 23 Novembre 2017, deux enfants ont été mutilés les bras en commune Itaba de la province Gitega au centre du Burundi. Deux mois plus tard, le soir du 14 Janvier 2018, deux autres enfants sont enterrés vivants jusqu’à la poitrine .Tous ces enfants ont subi ces malheurs pour la seule raison qu’ils ont volé du maïs dans des champs. Comme si cela ne suffisait pas, une semaine après, une maman transperce un coup de couteau son enfant au quartier Busoro de la zone Kanyosha en mairie de Bujumbura pour avoir fait cramer du haricot. Un psychothérapeute redoute de raisons psychiques derrière ces forfaits.

La police regrette que ce soient des actes ignobles qui se propagent à grande échelle. Pierre Nkurikiye porte-parole de la police nationale affirme au moins que certains de ces auteurs sont poursuivis par la justice.

De l’analyse

Le psychothérapeute et directeur général du centre neuropsychiatrique de Kamenge, Hyppolite Manirakiza interpelle les instances habilitées à se lever pour travailler ensemble en vue de faire changer le comportement de certaines personnes qui s’observent aujourd’hui. Ce directeur du centre communément appelé « Kwa Le Gentil » s’inquiète de ce comportement qui dépasse l’entendement. Il craint que ce soit une déviation ou un problème psychique à l’origine de cette criminalité. Monsieur Manirakiza propose que les auteurs de ces crimes soient consultés par les psychothérapeutes surtout pour analyser leurs antécédents familiaux, scolaires ou professionnels « Nous sommes conscients que nous avons vécu des situations difficiles de violences depuis des années et c’est un comportement qui change et qui cause ces violences », explique cet expert en psychologie.

Chadrack Ndayikengurukiye et Didier Bayubahe auteurs de ce forfait ont déjà été condamnés par le Tribunal de Grande instance de Gitega respectivement à 18 ans et 14 ans de prison pour amputation des bras des enfants à Gitega. L’auteur de l’enterrement des enfants jusqu’ la poitrine à Bubanza court toujours, selon la police. Pour ce cas le plus récent de la zone urbaine de Kanyosha, la mère ayant blessé son enfant au couteau a été déjà arrêtée pour enquête précise encore Pierre Nkurikiye, porte-parole de la police nationale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

165 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public



a

Gatumba : Une attaque à bilan « compliqué » !



a

Mugara : Climat malsain entre les fideles de l’église UEPEBU ce dimanche



a

Bururi : Un policier tué , un autre blessé à Kivumu ce mercredi



a

Muyinga : Des camions remorques bloqués en plein centre urbain



a

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC





Les plus populaires
Cibitoke : Un démobilisé rwandais aux mains des Services National burundais de Renseignement,(popularité : 4 %)

"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC,(popularité : 3 %)

Un homme tué et deux blessés, le bilan amer de la nuit de dimanche à lundi à Bubanza,(popularité : 3 %)

Le trafic des êtres humains inquiète les sénateurs burundais,(popularité : 3 %)

Le site de Businde est désormais un camp militaire ,(popularité : 3 %)

Rumonge : Deux visiteurs de marque, deux messages ?,(popularité : 3 %)

Bubanza : Les usagers de la Rukoko doivent demander une autorisation avant d’entrer,(popularité : 3 %)

Les soldats burundais capturent deux points stratégiques en Somalie,(popularité : 3 %)

Une trentaine de vaches pillées dans la Rukoko,(popularité : 3 %)

Muyinga/Incendie du marché de Karama en commune Gasorwe ,(popularité : 3 %)