Pénurie ou spéculation autour de petites pièces de monnaie


La banque centrale du Burundi affirme qu’il n’y a pas de manque de petites pièces de monnaie sur le marché. Via son responsable d’analyse fiduciaire de la circulation et de l’émission monétaire, la banque de la république a indiqué que les stocks étaient suffisants et exige l’utilisation des pièces de monnaie pendant les différentes transactions.



Par: Isanganiro , mardi 23 janvier 2018  à 16 : 18 : 36
a

Au cours d’une conférence de presse tenue ce mardi, ClémentButoke, responsable d’analyse fiduciaire de la circulation et de l’émission monétaire a indiqué que les stocks de la banque de la République du Burundi (BRB) sont remplis de petites monnaies. « La BRB ne connait pas de rupture de stock des pièces de monnaie de 50, 10 et 5 francs. On va plutôt retravailler les circuits de distribution qui sont constitués par les institutions bancaires. », ajoute-t-il.

JPEG - 17.8 ko
Clément BUTOKE,Responsable d’analyse fiduciaire de la circulation et de l’émission monétaire

Clément Butoke fait savoir que chaque pièce ou billet émis par la BRB doit avoir un coût légal et une valeur libératoire. Il regrette que la population n’utilise plus les pièces de monnaie « Nous avons déjà remarqué qu’il y a des personnes qui gardent chez eux ces pièces de monnaieet les retire de la circulation. » constate ce responsable. Pour lui, ce qui est déplorable c’est que les consommateurs se privent d’acheter des marchandises en utilisant pas ces pièces.

Pour qu’il n’y ait plus carence de ces pièces, Clément Butoke, responsable à la BRB, invite les consommateurs et les vendeurs à accepter l’utilisation de ces pièces. Au cas contraire, des sanctions pourront être envisagéesa-t-il ajouté d’un air strict.

A la quête du reste de la monnaie

Le « manque » de ces pièces de monnaies avait commencéà se faire sentir ce vendredi quandil y a eu hausse de 7% sur le prix du carburant. Ce qui s’est répercuté sur les prix du transport dans tout le pays.

L’information est sortie d’un communiqué conjoint du ministère du Commerce, celui du transport et les associations des transporteurs qui a fixé les frais de transport sur leslongs trajets du Burundi. Les ticketsont été majorés de 7% sur les circuits en province et les quartiers périphériques de la mairie et de 350 à 380 Francs burundaispour les quartiers au centre de la ville de Bujumbura.

Certains usagers des bus se lamentaient que les prix fixés n’étaient pas respectés « Les convoyeurs nous disent qu’ils n’ont pas de monnaie d’échanges et ils en profitent pour garder tout l’argent que nous leur donnons. », s’écrie un des passagers rencontré au parking dit COTEBU. « Quand je suis entrée dans ce bus le convoyeur nous a dit que nous lui donnerons 400Fbu, si nous ne voulons nous n’avions qu’à sortir », indique une autre femme qui prenait le bus pour rentrer chez elle.

Sur cette question de monnaie d’échange, Monique Kayibanda, professeur d’Université avait invité la population à un changement des mentalités « Pour qu’il n’y ait plus de problèmes d’échange entre les convoyeurs et les usagers des bus de transport, les consommateurs en général devaient adopter la monnaie électronique car elle permet de payer le prix exact d’un produit ». Pour elle, cela permettrait à la banque centrale de ne plus émettre beaucoup de billets et de pièces de monnaie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

109 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption



a

Commerce : Salon industriel, une occasion en or pour le pays !



a

Economie : Que devient le rendez-vous de la mairie sur la réouverture des marchés réhabilités ?



a

REGIDESO :le marché des compteurs CashPower plein d’ irrégularités



a

COMESA : le 20ème sommet quitte Bujumbura pour Lusaka en juillet 2018



a

Rumonge : L’huile de palme flambe



a

Economie : Afreximbank, le Burundi toujours à mi-chemin



a

Interpétrol tire la sonnette d’alarme





Les plus populaires
Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie,(popularité : 36 %)

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?,(popularité : 11 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

L’endettement intérieur de l’Etat burundais inquiète la PARCEM ,(popularité : 5 %)

L’ex –marché central de Bujumbura : Un futur business center,(popularité : 3 %)

C’est confirmé : l’argent en devise des ONG sera hébergé par la BRB d’ici le 31 mars,(popularité : 3 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 3 %)

Inégale circulation de la monnaie : Une entrave pour l’accès au crédit,(popularité : 2 %)

Les enjeux autour de la prochaine convention sur l’exploitation du port de Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Une probable porte vers la corruption ,(popularité : 2 %)