La PARCEM demande une transparence dans la gestion minière


Dans une conférence de presse, le président de la Parole et Action pour le Réveil des et changement des Mentalités plaide pour la transparence dans le secteur minier. Faustin Ndikumana appelle à une bonne exploitation pour encaisser une valeur ajoutée au pays.



Par: Isanganiro , jeudi 25 janvier 2018  à 16 : 50 : 42
a

Le président de l’organisation PARCEM affirme que le Burundi est un pays nanti en ressources naturelles et minières. Dans une conférence de presse animée ce jeudi, Faustin Ndikumana propose préalablement la transparence pour que le pays y tire profit. Il ajoute que cette transparence viserait à identifier les industries et multinationales dont l’extraction des mines leur a été confiée. Il regrette que l’expérience et le passé de ces industries contractantes ne soient pas pris en considération.

Cette organisation active dans la bonne gouvernance propose que le gouvernement et les industries d’exploitation rendent public leurs recettes. « Le gouvernement devrait publier ce qu’il a reçu dans la transparence et l’Initiative de la transparence des industries extractives », explique Monsieur Ndikumana

Faustin Ndikumana demande également que les revenus du secteur minier soient bien gérés. Il ne réclame que les organes habilités comme l’agence de régulation qui devrait jouer le rôle d’interface entre les multinationales et l’autorité politique. Il présente une synergie du ministère de l’énergie, celui des finances et de l’environnement ainsi que l’OBR et la Banque centrale pour une bonne gestion des ressources minières.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

170 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 3 %)

BURUNDI- Salubrité : Les services techniques municipaux asphyxiés par la Mairie de Bujumbura,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Banque Centrale : L’absence des décideurs politiques dans des échanges critiquée,(popularité : 3 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)