Burundi : Un récépissé ou un laissez-passer ?


Alors que l’enrôlement pour le référendum a commencé la semaine dernière, les habitants de différentes provinces disent être malmenés pour ne s’être pas encore fait enregistrer. L’administration dit ne pas être au courant de ce phénomène mais encourage la sensibilisation à l’enrôlement.



Par: Isanganiro , mercredi 14 février 2018  à 15 : 00 : 30
a

Depuis ce lundi, des rafles sont organisés par des groupes d’hommes dans certaines rues de la communes Gihanga. Des passants disent être obligés de brandir leurs récépissés attestant qu’ils se sont fait enrôler pour le référendum et le rendez-vous électoral de 2020. « Nous avons encore du temps pour le faire, et d’ailleurs ce n’est pas obligatoire », se lamente un passant de la commune Gihanga en province Bubanza. L’administrateur communal de Gihanga fait savoir qu’l ne sait rien de ces rafles et que ces gens se seraient improvisés.

En province Karusi c’est le même phénomène. Des jeunes ont érigé une barrière tout près du siège de la Banque de Crédit de Bujumbura, à l’entrée d’un centre de santé. A cet endroit du chef-lieu, personne n’a le droit de passer sans exhiber le récépissé, même des voitures faisaient la queue. Comme l’a constaté nos reporters, des motos et des vélos des personnes n’étant pas encore fait enregistrer ont été confisqués par ces hommes. Le commissaire communal de Buhiga passe la balle à l’administration. L’administrateur de la commune Buhiga a indiqué ne pas être au de cette barrière. Vers l’après-midi, la corde qui servait de barrière a été enlevée.

Par contre, le vice-président de la République fait savoir que l’inscription pour les élections est volontaire. Après la descente qu’il a effectuée sur les bureaux d’enrôlement dans les communes urbaines de Bujumbura, Gaston Sindimwo précise que les autorités administratives ne devraient pas exiger la population.

L’enrôlement d’électeurs pour le référendum prochain et les élections de 2020 est à son 6ème jour et se terminera le 17 février de l’année en cours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

248 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : La CENI proclame les résultats provisoires du récent référendum



a

Référendum constitutionnel en cours au Burundi



a

Politique : La CENI autorise le vote par récépissé



a

Rumonge : Un élu du peuple dénonce une intolérance politique



a

Politique : Amizero y’Abarundi demande le concours de la CENI



a

Médias : Le CNC suspend pour six mois les radios internationales : BBC et VOA



a

Médias : La liberté de la presse en évolution au Burundi



a

Politique : ONPGH plaide pour le respect du décret portant ouverture de la campagne



a

Politique : La date de la campagne référendaire dévoilée



a

Politique : Quatre ministres du gouvernement mis à la porte





Les plus populaires
Burundi : La CENI proclame les résultats provisoires du récent référendum ,(popularité : 41 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 4 %)

Référendum constitutionnel en cours au Burundi,(popularité : 3 %)

Armée régulière ou ânes à la solde du parti au pouvoir ?,(popularité : 3 %)

Sur quoi se convenir avant la révision de la constitution ?,(popularité : 3 %)

L’ Uprona de la réhabilitation réclame un sursaut patriotique ,(popularité : 3 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 3 %)

’’Encore des lois limitatrices des libertés publiques’’ ,(popularité : 2 %)

"La radiation du groupe parlementaire Uprona n’a pas raison d’avoir lieu ’’,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)