Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi


13 enseignants de l’école fondamentale de Murambien communeMatongo ont été condamnés ce lundi d’une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 5ans ; c’est après avoir battu le directeur pour les avoir empêchés d’exploiter la propriété scolaire



Par: Isanganiro , mercredi 14 mars 2018  à 10 : 24 : 18
a

L’audience a été ouverte vers 13heures de ce lundi dans le tribunal degrandes instances de Kayanza.Au nombre de 13, ces enseignantsse sont succédés devant la barre pour justification. Vers 21heures, la décision de ce dossier qui a été placéipso facto dans les procès de flagrance est tombée.

Tous ont été condamnésà5 ans de prison ferme et un dédommagement de 2.500.000Fbu. Ces 13 enseignants de l’école fondamentale Murambi de la province Kayanzaont été accusés de rébellion contre la décision du ministre de l’éducation. Cette dernière interdit l’utilisation de la propreté publique pour des fins personnelles.

Le tribunal de grande instance de Kayanza a également chargé ces enseignants de la non-assistance à leur directeur qui était en danger le jour de l’incidentdu 1er Mars dernier.

Ces enseignants ont rejetétoutes ces accusations. Ils ont rappelé qu’ils se sont mis d’accord avec la direction qu’ils allaient exploiter ensemble la propriété scolaire, un accord que le directeur a cassé, ce qui a été une source de querelles.

Ces enseignants restent avec la seule chance de saisir la cour d’appel de Ngozi pour interjeter appel, si nécessitée il y a. Parmi ces enseignants se trouvent 7 femmes dont 2 allaitantes.

Selon les sources proches de l’école fondamentale de Murambi, le reste des enseignants s’est organisée pour la passation des examens sanctionnant la fin du second trimestre de cette année scolaire en cours.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

345 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points



a

« la situation des droits de l’homme au Burundi est bonne », clame Mutabazi





Les plus populaires
Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 6 %)

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika,(popularité : 3 %)

Des centaines de gens venus soutenir Mbonimpa dans son procès,(popularité : 3 %)

Congo : Un an près leur assassinat, toujours pas de justice selon HRW ,(popularité : 3 %)

Le droit à la vie est en danger,(popularité : 3 %)

Burundi : Dossier putsch, le ministère public interjette appel,(popularité : 3 %)

Un agent du SNR arrêté à Gihanga ,(popularité : 3 %)

La CNIDH sensibilise les autorités locales sur les principe de protection des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)