Burundi : Le ministre de l’intérieur contre le bruit


Les boites de nuits non insonorisées ainsi que les chambres de prière non affiliées à des églises reconnues par la loi sont désormais interdites sur le sol burundais. Ce sont quelques-unes des mesures contenues dans l’ordonnance sortie ce 15 Mars par le ministère de l’intérieur.



Par: Isanganiro , jeudi 15 mars 2018  à 14 : 50 : 58
a

L’ordonnance signée par le ministre de l’intérieur en son article 1er, il est stipulé que les boites de nuit non insonorisées sont interdites. A l’article 2, les bars dancing situés dans les agglomérations résidentielles peuvent organiser des karaokés et musique à haute portée uniquement les vendredis et samedis sans dépasser 22 heures.

Dans cette même ordonnance, les lieux de dancing ne sont pas autorisés à recevoir les enfants de moins de 18 ans non accompagnés par leurs parents ou tuteurs. Pour ce qui est des prières, à l’article 4, les veillées sont soumises à une autorisation préalable du maire de la ville ou des gouverneurs des provinces. Et les prières allant au de-là de 22 heures sont considérées comme des veillées et à ce titre doivent requérir une autorisation préalable, ajoute le ministre de l’intérieur. Les chambres de prière non affiliées à une église régulièrement agréée au Burundi, précise l’article 6 de cette décision ministérielle, sont strictement interdites.

Cette ordonnance envisage sanctionner les récalcitrants. L’article 7 prévoit une amende de 100.000 Fbu à 200. 000 Fbu à l’endroit des contrevenants à toutes ces dispositions. En cas de récidive, les lieux seront définitivement fermés. Le maire de la ville et les gouverneurs de province sont chargés de faire respecter cette ordonnance du 15 Mars 2018.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

193 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Santé : Manque de devises, pas de médicaments



a

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt



a

Education : Des portes d’entrée grandement ouvertes aux mastères



a

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places



a

Santé : Bientôt la naissance d’une institution de régulation des aliments et médicaments « ABREMA »



a

Burundi : Les fonctionnaires bénéficiaires des formations du soir bientôt sanctionnés



a

Société : Une vie de rue, l’expérience pour Wenceslas !



a

Les sachets « nous tuent à petit feu »





Les plus populaires
Burundi : Les études universitaires publiques à crédit ,(popularité : 6 %)

Santé : Bientôt la naissance d’une institution de régulation des aliments et médicaments « ABREMA » ,(popularité : 4 %)

La polygamie à Muyinga divise la famille des musulmans ,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : Le Recteur Gaston Hakiza limogé après neuf ans de règne ,(popularité : 3 %)

Burundi : Les fonctionnaires bénéficiaires des formations du soir bientôt sanctionnés ,(popularité : 3 %)

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places,(popularité : 3 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 3 %)

Ruyigi : Le Centre St François de Kayongozi, plus de 30 ans au service de la population démunie,(popularité : 2 %)

Peut- on en arriver jusque là au nom de l’amour ?,(popularité : 2 %)

le Burundi est il à l’abri des risques de catastrhes ?,(popularité : 2 %)