Burundi : Le président burundais annonce la date du référendum


Le rendez-vous référendaire du projet de constitution est fixé au 17 mai 2018. Dans un décret présidentiel de ce dimanche 18 mars , le président burundais appelle les formations politiques et indépendants qui souhaitent battre la campagne référendaire à se faire inscrire à partir du 23 mars 2018. La famille politique burundaise ne l’accueille pas de la même manière.



Par: Isanganiro , lundi 19 mars 2018  à 12 : 22 : 53
a

Ce décret appelle tous les burundais remplissant les conditions requises , résidant au Burundi ou à l’étranger à participer au referendum constitutionnel qui se tiendra le 17 Mai 2018. Dans ce même texte, le président de la République invite les partis politiques, les coalitions des partis politiques ainsi que les indépendants remplissant les conditions fixées par la loi burundaise qui souhaite participer à la campagne électorale référendaire à se faire enregistrer à la Commission Electorale Nationale Iindépendante du 23 Mars au 6 avril 208.

Dans ce décret, le président de la République rappelle que la circonscription électorale est le territoire national du Burundi sous réserve de la participation des burundais résidant à l’étranger. Pour cette catégorie, le vote se déroulera aux sièges des représentations diplomatiques ou consulaires suivant les modalités particulières fixées par la CENI. Le président burundais précise également que le vote concerne les militaires en mission de maintien de la paix. Pour cette catégorie, le vote, ajoute le décret aura lieu dans les endroits qui seront déterminés par le commandement du contingent en collaboration avec la CENI.

Selon le même décret présidentiel , le projet de constitution qui sera soumis au référendum sera adopté sous la majorité absolue du suffrage exprimé. C’est a dire, explique le numéro Un burundais pourcent de voix plus une seule voix.

En réactions, le parti Uprona se dit satisfait du décret présidentiel. Olivier Nkurunziza porte parole et secrétaire général du parti, indique que les détails du calendrier des activités électorales fournies dans ledit décret n’est que la voie par laquelle la commission électorale devrait emprunter et par conséquent, plus que normal, estime Olivier Nkurunziza porte parole du parti de Rwagasore.

De son coté, le parti Sahwanya FRODEBU contre la révision de la constitution dit avoir mal accueilli le décret présidentiel. Léonce Ngendakumana vice-président du parti indique que ce décret vient compromettre tous les efforts de dialogue qui étaient en cours entre les différents protagonistes dans le conflit Burundais,bien qu’il affirme que les membres de son parti prendront part à ces élections.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

172 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)