Santé : Manque de devises, pas de médicaments


La mutuelle de la fonction publique reconnait le manque de médicaments dans ses pharmacies. Selon la directrice générale, le manque d’autonomie dans l’importation des médicaments est à la base de cette situation car, dit-elle, les importateurs justifie le retard des importations par le manque de devises.



Par: Isanganiro , mardi 27 mars 2018  à 17 : 53 : 39
a

Dans une réunion d’échanges entre la mutuelle de la fonction publique et ses partenaires à Bujumbura ce lundi, Concilie Nibigira, la directrice générale n’a pas mâché les mots sur la situation des stocks de médicaments. "Nos pharmacies sont vraiment presque vides des médicaments que le ministère de la santé publique appelle, médicaments essentiels", dit-elle.

Selon elle, la difficulté qui est à la base de ce phénomène inhabituel est expliquée par certaines raisons. A titre d’exemple, justifie Madame Concilie, le Burundi n’a pas de société fabriquant des produits pharmaceutiques. A cet effet, la mutuelle doit faire recours aux importations. Or, déplore Concilie Nibigira, la Mutuelle de la fonction publique n’a pas le droit d’importer directement les médicaments. « Nous sommes obligés de passer par les marchés publics ».

Malgré cette voie empruntée, le retard des importations, ajoute-elle est toujours encaissé. "Les gagnants des soumissions de la mutuelle affiche un retard des médicaments importés. Ils justifient qu’ils font fassent au manque de devises", a martelé Concilie Nibigira. Ce qui est regrettable, s’exclame la directrice générale, les pharmacies de ces gagnants restent pleines à craquer de médicaments.

La directrice de la mutuelle de la fonction publique trouve que la solution jaillira des discussions en cours entre les importateurs et les autorités au plus haut niveau. D’amblée, selon elle, il faudrait que la mutuelle jouisse de son droit d’importer directement ces médicaments sinon elle resta insatisfaite des importations des gagnants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

100 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt



a

Education : Des portes d’entrée grandement ouvertes aux mastères



a

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places



a

Burundi : Le ministre de l’intérieur contre le bruit



a

Santé : Bientôt la naissance d’une institution de régulation des aliments et médicaments « ABREMA »



a

Burundi : Les fonctionnaires bénéficiaires des formations du soir bientôt sanctionnés



a

Société : Une vie de rue, l’expérience pour Wenceslas !



a

Les sachets « nous tuent à petit feu »





Les plus populaires
Burundi : Les études universitaires publiques à crédit ,(popularité : 6 %)

Santé : Bientôt la naissance d’une institution de régulation des aliments et médicaments « ABREMA » ,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : Le Recteur Gaston Hakiza limogé après neuf ans de règne ,(popularité : 3 %)

Burundi : Les fonctionnaires bénéficiaires des formations du soir bientôt sanctionnés ,(popularité : 3 %)

Plus d’un millier d’enseignants chômeurs à la conquête d’une soixantaine de places,(popularité : 3 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 3 %)

Ruyigi : Le Centre St François de Kayongozi, plus de 30 ans au service de la population démunie,(popularité : 2 %)

Peut- on en arriver jusque là au nom de l’amour ?,(popularité : 2 %)

le Burundi est il à l’abri des risques de catastrhes ?,(popularité : 2 %)

Lettres de noblesses 2012 à Isanganiro ,(popularité : 2 %)