Santé : Manque de devises, pas de médicaments


La mutuelle de la fonction publique reconnait le manque de médicaments dans ses pharmacies. Selon la directrice générale, le manque d’autonomie dans l’importation des médicaments est à la base de cette situation car, dit-elle, les importateurs justifie le retard des importations par le manque de devises.



Par: Isanganiro , mardi 27 mars 2018  à 17 : 53 : 39
a

Dans une réunion d’échanges entre la mutuelle de la fonction publique et ses partenaires à Bujumbura ce lundi, Concilie Nibigira, la directrice générale n’a pas mâché les mots sur la situation des stocks de médicaments. "Nos pharmacies sont vraiment presque vides des médicaments que le ministère de la santé publique appelle, médicaments essentiels", dit-elle.

Selon elle, la difficulté qui est à la base de ce phénomène inhabituel est expliquée par certaines raisons. A titre d’exemple, justifie Madame Concilie, le Burundi n’a pas de société fabriquant des produits pharmaceutiques. A cet effet, la mutuelle doit faire recours aux importations. Or, déplore Concilie Nibigira, la Mutuelle de la fonction publique n’a pas le droit d’importer directement les médicaments. « Nous sommes obligés de passer par les marchés publics ».

Malgré cette voie empruntée, le retard des importations, ajoute-elle est toujours encaissé. "Les gagnants des soumissions de la mutuelle affiche un retard des médicaments importés. Ils justifient qu’ils font fassent au manque de devises", a martelé Concilie Nibigira. Ce qui est regrettable, s’exclame la directrice générale, les pharmacies de ces gagnants restent pleines à craquer de médicaments.

La directrice de la mutuelle de la fonction publique trouve que la solution jaillira des discussions en cours entre les importateurs et les autorités au plus haut niveau. D’amblée, selon elle, il faudrait que la mutuelle jouisse de son droit d’importer directement ces médicaments sinon elle resta insatisfaite des importations des gagnants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

145 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 5 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 4 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba,(popularité : 2 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 2 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 2 %)