Actualité thématique

Economie


Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !

En International


Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?

Environnement


Environnement : La peur au ventre des habitants de Buterere à la veille de la période pluvieuse

Justice/Droits de l’homme


Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !

Nouvelles de l’EAC


Lancement officiel de la conception du passeport de la Communauté Est-Africaine au Burundi

Politique


Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !

Sécurité


Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface

Société


Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.

Sport et culture


Le Japon renforce les capacités du karaté burundais


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 14 Gitugutu 2018

Débat


Ikiganiro kidasanzwe kw’igandagurwa ry’incungu ya demokarasi Ndadaye Mélchior, 19 Gitugutu 2018

Diaspora


Karadiridimba, 14 Karadiridimba 2018

Economie


Umuyange, 2 Gitugutu 2018

Emissions musicales


Uburundi buraririmba co kuwa 15, Gitugutu 2018

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 11 Gitugutu 2018

Jeunesse


Tweho, 29 Nyakanga 2018

Justice


Nkingira, 12 Gitugutu 2018

Mugona iki ?


Gira ico ushikirije, 12 Gitugutu 2018

Société


Isanganiro ry’imiryango co kuwa 15 Gitugutu 2018


Burundi : le retour aux clans s’annonce


Le porte-parole du président de la république a expliqué lors d’une émission publique des portes paroles à Gitega que la mise en avant des clans aujourd’hui au Burundi viendrait recoudre le tissu social. Mais pour l’historien Emile Mworoha, l’important est que toute personne se sente burundais pour éviter les divisions qui gangrènent le pays.



Par: Isanganiro , mardi 27 mars 2018  à 17 : 57 : 06
a

Le débat a été relancé ce vendredi lors d’une émission publique des portes paroles qui s’est tenue à Gitega. Le porte-parole du président a parlé de la mise en avant des clans au Burundi par rapport aux ethnies tels que prônés aujourd’hui par le numéro un de l’état.

Pour Jean Claude Karerwa, c’est une façon de montrer aux burundais que la dislocation des clans est l’une des sources de malheurs que le Burundi a connu a différentes périodes. « Les colonisateurs ont enseigné que le Burundi avait 3 ethnies alors que c’est faux. Notre histoire était basée sur des clans. Chacun accomplissait la mission de son clan. C’était sur ces clans qu’étaient régi la paix et l’harmonie au Burundi ». Karerwa indique que faire parti des clans n’a jamais inquiété personne surtout que tous les clans étaient représentés à la cour.

Ce porte-parole du président rejette l’idée que la revalorisation des clans est une manière de ramener la monarchie. Jean Claude Karerwa explique plutôt que les burundais,en reléguant au 2nd plan les clans, sont restés comme « un arbre sans racine ».

Du côté des hommes politiques, le parti UPRONA appelle les burundais à dépasser leurs ethnies et clans respectifs et mettre en avant le bien de la nation dans une fierté d’être appelés burundais. Olivier Nkurunziza, le secrétaire général et porte-parole de ce parti, estime que la connaissance de son clan est une bonne chose, mais pour lui, il faut aller un peu plus loin et dépasser les clans et ethnies pour bien construire la nation burundaise.

De sa part, le parti Sahwanya Frodebu trouve que le retour aux clans n’est pas nécessaire pour les burundais. Léonce Ngendakumana, vice-président de ce parti, explique plutôt que cela peut faire en sorte que les citoyens oublient les questions del’heure. Pour lui, la gestion des 3 ethnies n’a pas été facile, il en serait plus difficile encore si l’on se mettait à gérer les clans, plus nombreux.

L’avis d’un historien

Pour Emile Mworoha, historien de carrière, le Burundi comptait une centaine de clans à l’époque coloniale. avant l’arrivée des colonisateurs , la monarchie était basée sur les clans et que ces derniers étaient caractérisés par différentes coutumes. « Les clans découlaient des lignages qui provenaient des familles. Ces clans avaient des responsabilités à la cour comme par exemple la préparation de la fête des semailles ou les rites funéraires. A côté de cela, il y a des clans qui se réfèrent aux régions ou royaumes ».

L’historien Mworoha indique également que des conflits liés aux conquêtes des territoires existaient entre les princes et les chefs mais jamais entre les clans. Et à propos du parti au pouvoir qui aimerait aujourd’hui reconsidérer les clans par rapport aux ethnies, Mworoha trouve que l’important est d’être burundais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

205 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées



a

UA appelle les burundais au dialogue d’Arusha fixé du 18 au 24 octobre



a

Burundi : les ONGs sommées de se réinscrire quatre documents dans les mains !



a

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales



a

DH : Le mandat de la commission onusienne d’enquête sur le Burundi s’allonge



a

Les Nations Unies au côté du Burundi



a

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !



a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions





Les plus populaires
Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 36 %)

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul,(popularité : 27 %)

Burundi : les ONGs sommées de se réinscrire quatre documents dans les mains ! ,(popularité : 8 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 5 %)

« Mujeri ou ennemi du pouvoir ? » écart de langage pour un chef d’Etat,(popularité : 3 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 3 %)

Burundi : Le sommet des chefs d’Etat de l’EAC autour de la crise burundaise ,(popularité : 3 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 3 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 3 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 3 %)