Qui a attribué les parcelles au bassin d’écrêtement de Buterere ?


L’espace qui devrait abriter un basin d’écrêtement des eaux des rivières et les déchets du Nord de Bujumbura est couvert de maisons. La police de la protection le regrette mais le ministère de l’environnement rejette sa responsabilité dans l’attribution de ces parcelles.



Par: Isanganiro , jeudi 19 avril 2018  à 17 : 46 : 38
a

Les travaux de construction d’un bassin d’épuration des eaux du Nord de la capitale burundaise sont au point. La police de la protection qui gère quotidiennement les catastrophes déplore que des maisons aient été édifiées à cet endroit. Anicet Nibaruta, l’adjoint du président de la plateforme nationale de la prévention des catastrophes et gestion des risques fait savoir qui s’abattent sur Bujumbura causent des dégâts parce que ce bassin n’a pas encore été construit. Mais la protection civile essaie de canaliser la rivière Gasenyi pour que les eaux de ruissellement atteignent le lac Tanganyika. « Le problème que nous avons est que le terrain prévu pour l’aménagement du bassin d’écrêtement à Buterere y poussent des maisons mais personne n’assume l’attribution de parcelles dans cet espace », regrette Monsieur Nibaruta.

Le ministère de l’environnement qui contrôle la direction de l’urbanisme ayant le droit de donner les parcelles rejette également sa responsabilité dans l’attribution de parcelles dans cet espace prévu pour la construction d’un bassin d’écrêtement à Buterere. Le porte-parole du ministère de l’environnement Omer Niyonkuru semble ne pas être au courant de scission en parcelles de cet espace. « La construction du bassin d’écrêtement est une condition sine qua none quel que soit les conditions. Si on aurait constaté que la partie réservée pour la construction de ce bassin aurait été cédé pour des constructions est un cas qu’il faut analyser avec prudence », hésite Monsieur Niyonkuru .Toutefois ce porte-parole du ministère de l’environnement reconnait qu’un décret qui déclare cet espace d’utilité publique a été sorti. Ce ministère suspecte l’administration dans la division de cet espace en parcelles.

A côté du ministère de l’environnement, le ministère de l’intérieur estime que les administratifs qui se seraient arrogés le droit d’octroyer les parcelles dans ce bassin d’épuration des eaux doivent cette punis conformément à la loi. Le porte-parole et assistant au ministère de l’intérieur n’écarte pas l’hypothèse que ce soit la direction de l’urbanisme qui a attribué ces parcelles aux particuliers. Thérence Ntahiraja trouve que,dans ce cas ,c’est la loi de l’action récursoire qui sera suivie pour indemniser les bénéficiaires de parcelles avant de les dégager .

Lors d’une visite qu’il a effectuée aux parcelles du site de Kigaramango à Gatumba de la commune Mutimbuzi ce jeudi 19 avril 2018, le 2ème vice-président prévient aux demandeurs de parcelles qui ne consultent pas la loi avant d’acheter une parcelle. Joseph Butore recommande que les textes fonciers soient suivis pour éviter les conséquences qui peuvent s’ensuivre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

324 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message