Politique : ONPGH plaide pour le respect du décret portant ouverture de la campagne


L’observatoire national pour la prévention du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité appelle au respect précédent du décret présidentiel sur la campagne relative au vote référendaire. Le président de l’observatoire met en garde ceux qui prendraient la voie violente.



Par: Isanganiro , vendredi 27 avril 2018  à 18 : 26 : 27
a

Dans un communiqué sorti ce vendredi , cet observatoire national pour la prévention du génocide, des crimes de guerre et des autres crimes contre l’humanité invite les partis politiques et indépendants à respecter l’esprit et la lettre du décret portant ouverture de la campagne électorale pour le référendum de 2018.

Le président de l’Observatoire, Jean de Dieu Mutabazi regrette que des politiciens spéculent et mentent autour des candidatures qu’il qualifie d’hypothétiques aux élections de 2020 pour, dit-il, intoxiquer et influencer l’opinion nationale et internationale. Il n’hésite pas à les mettre en garde, qu’ils peuvent même être poursuivis en justice. « L’observatoire prévient certains politiciens domiciliés dans les pays occidentaux et ceux de la sous-région incitant à la haine et la violence que leurs gestes sont suivis. « L’observatoire va passer par les différents canaux internationaux pour que ces personnes soient punies », menace Jean de Dieu Mutabazi.

Jean de Dieu Mutabazi, le président de l’observatoire tient à rappeler à tous les leaders des partis politiques et de la société civile que rien ne peut justifier l’usage de la violence, ni pour se maintenir au pouvoir, ni pour conquérir le pouvoir. Il met en garde également ceux qui tenteraient d’emprunter cette voie, en particulier ceux en exil, mais sans beaucoup plus de précisions.

Tous ceux qui sont en ordre pour participer au prochain référendum constitutionnel prévu le 17 mai prochain ne devraient pas avoir à s’inquiéter selon encore une fois Jean de Dieu Mutabazi .« L’observatoire demande partis politiques et indépendant ainsi que la population en âge de voter de mener paisiblement la campagne référendaire et de s’incliner devant le verdict des urnes en cas de victoire du oui ou du non », semble rassurer Monsieur Mutabazi.

Le président de l’observatoire affirme que la constitution en attente d’être votée au référendum prévu le 17 mai prochain est une constitution de tous les burundais, et non d’un seul homme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

149 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 9 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 3 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

Le responsable de la police présidentielle limogé trois mois après sa nomination,(popularité : 2 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 2 %)

Un silence complice sur les défis de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

Un projet de loi sur la presse décrié par plus d’un,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)