Médias : La liberté de la presse en évolution au Burundi


A l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse célébrée le 3 mai de chaque année, les journalistes burundais notent une évolution de cette liberté. Toutefois, ils déplorent l’accès difficile à l’information et la fragilité de leur sécurité. Mais le ministère de la communication estime que la liberté de la presse au Burundi est une réalité.



Par: Isanganiro , jeudi 3 mai 2018  à 18 : 00 : 27
a

Les journalistes burundais qui se sont entretenus avec la Radio Isanganiro indiquent que la liberté de la presse évolue progressivement. Ils trouvent qu’elle est pas bonne à cent pourcent tenant compte du projet de loi régissant la presse au Burundi. « Nous avons appris qu’un projet de loi sur la presse été adopté à l’Assemblée Nationale après avoir subi des amendements par les élus du peuple, en tout cas la liberté de la presse évolue progressivement. Il y a de nouveaux journalistes qui voient le jour malgré la fermeture de certaines stations comme la RSF Bonesha Fm, avec espoir qu’elles pourront être ré ouvertes », considère un des journalistes burundais.

Un autre journaliste qui s’est confié à notre station dénonce la fragilité de la sécurité du journaliste. « Si on se réfère sur le passé, on travaille avec timidité. La sécurité du journaliste n’est pas sure », indique un autre confrère.

Une certaine femme journaliste qu’on a contacté regrette les difficultés rencontrées liées à l’accès à l’information. Elle demande que cet accès soit facile. « Certaines institutions ne nous permettent pas d’accéder à l’information. Nous demandons que les porte-parole des institutions rendent l’information accessible », supplie une femme journaliste.

Le Directeur général de la communication au sein du ministère de la communication estime qu’il n’y a pas de contraintes dans l’exercice du métier de journaliste. Jérôme Ndikoriyo dit également ne pas soutenir les classements annuels de la liberté de la presse faits par Reporters sans Frontières car, explique Monsieur Ndikuriyo, cette organisation internationale ne consulte pas les organes officiels.

Pour rappel, Reporters sans Frontières a classé le Burundi à la 159ème place au niveau dans le respect de la liberté de la presse pour l’année 2017.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

146 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 9 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 4 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 4 %)

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement,(popularité : 3 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

Le responsable de la police présidentielle limogé trois mois après sa nomination,(popularité : 2 %)

Le CNDD-FDD va porter plainte contre Léonce Ngendakumana,(popularité : 2 %)

Un silence complice sur les défis de la gouvernance ,(popularité : 2 %)

Un projet de loi sur la presse décrié par plus d’un,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)