Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !


Une vingtaine de partis politiques se sont retrouvés à Kayanza enfin de semaine dernière pour élaborer une feuille de route qui conduiraient les partis et le ministère de l’intérieur vers les élections de 2020. L’espace politique n’est pas unanime sur la signature de cette note. Mais le ministère de l’intérieur ne s’en lasse pas.



Par: Isanganiro , mardi 7 août 2018  à 16 : 39 : 12
a

Un bon matin du vendredi 3 Août 2018, quelques représentants des partis politiques se sont réunis au chef lieu de la province Kayanza. Cette rencontre qui ne prendra que trois heures pour signer un accord, chose inhabituelle. D’un côté se trouvent les partis de l’opposition et d’autres de la mouvance présidentielles qui vont dans le sens du pouvoir.

A la fin de la réunion, deux partis se sont inscrits en faux contre les clauses de ladite feuille de route : le parti Sahwanye FRODEBU et le RANAC. Tous les deux expliquent qu’ils ne peuvent pas accepter une feuille de route qui est de nature à mettre les bâtons dans les roues des pourparlers inter burundais qui se tiennent à l’extérieur du pays.

Phenias Nigaba porte-parole du parti FRODEBU trouve qu’une seule journée ne suffit pas pour établir une feuille de route. De plus l’invitation leur ait parvenu tardivement avant d’estimer que la feuille de route était préétablie. "Lorsqu’on a mis une soi-disante commission pour aller faire une synthèse de ce document avec les partis FRODEBU Nyakuri, UPRONA et le pouvoir. Il n’y a aucun membre de l’opposition. Pour nous on a vu qu’on a préparé la feuille de route, c’était seulement nous montrer qu’ils allaient faire une synthèse. Nous voyons qu’on veut contourner le dialogue inter burundais organisée par la sous région. Des informations font état d’une probable session de dialogue pour au moins établir une feuille de route pour les élections de 2020. Pourquoi se précipitent-ils ? “explique ce membre du parti de Ndadaye d’une manière ironique.

Pour le ministre de l’intérieur Pascal Barandagiye, ces accusations sont graves et mensongères. Cependant, le ministre Barandagiye indique que cette feuille de route va régir tous les partis politiques, ceux qui ont signé et ceux qui ne l’ont pas fait. Avec la participation du FRODEBU a cette réunion, le ministre a indiqué que ce parti vient de faire un pas. "Je dois vous rappeler que depuis que je suis ministre de l’intérieur c’est la première fois que le parti FRODEBU répond à notre invitation. C’est donc un signe que ça commence à venir. Donc rien n’étonne qu’il soit en arrière par rapport aux autres partis politiques parce qu’ils ont débattu depuis longtemps sur ces documents. Mais pour celui qui fait la chaise vide, comment voulez-vous qu’ils soient invités ?", fustige Monsieur Barandagiye. Il ajoute qu’il va continuer à tenter de convaincre ceux qui n’ont pas signé sur ce document.

Quant au parti CNDD, il dit ne pas être concerné par les occlusions de cette rencontre. Léonard Nyangoma président de ce parti et homme politique se trouvant à l’extérieur du pays, l’urgence n’est pas la préparation des élections de 2020. Il considère que la solution à la crise politique au Burundi proviendra des pourparlers qui se tiennent à l’extérieur du pays.

Sur une trentaine de partis politiques invités à ce rendez-vous de Kayanza, 22 seulement ont répondu présent. Parmi les grands absents de Kayanza figure la coalition Amizero y’Abarundi présidée par le vice président de la chambre basse du parlement, Agathon Rwasa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

279 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 15 %)

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 12 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 8 %)

Faut-il attendre encore Rwagasore pour des organes crédibles du parti ?,(popularité : 7 %)

Réconciliation entre les FNL et les CNDD-FDD de Kamesa,(popularité : 7 %)

Manifestation avec cercueil par Guillaume Harushimana à la Rpa ,(popularité : 6 %)

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface,(popularité : 6 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 6 %)

Investiture des administrateurs communaux issus des élections de 2015,(popularité : 6 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 6 %)