Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI


35 hectares de champs d’ognons, de patates douces, de haricots, de pastèques et autres différentes cultures vont être détruits car dit la SRDI, ces cultures ont été plantées dans un espace destiné à la culture du riz. Cette décision ressort d’une correspondance que le directeur général a. I. de la société régionale de développement de la plaine de l’imbo a adressé ce lundi au président de la coopérative dénommée Abanyamwete du village deux de la commune Gihanga.



Par: Isanganiro , lundi 27 août 2018  à 16 : 42 : 09
a

Sylvestre Kwigize est l’un de ces cultivateurs qui se désolent et qui disent n’avoir pas à quel saint se vouer . « J’ai déjà dépensé beaucoup d’argent, a peu près deux millions de Fr bu pour exploiter deux hectares dans cette localité. J’y ai planté des ognons, des patates douces et des haricots. Aujourd’hui, on nous recommande de déraciner ces cultures, c’est vraiment incroyable » . Ce cultivateur ajoute qu’il lui fallait juste un mois pour récolter. Une centaine de cultivateurs de ce village demandent à la SRDI de revenir sur cette mesure.

De son côté, le directeur général a. i. à la société régionale de développement de la plaine de l’Imbo tranquillise ces cultivateurs. Après une descente effectuée dans cette localité, la mesure d’enlever ces cultures a été suspendue, dit Jean Kennedy Samaniro .« Les cultivateurs qui ont déjà planté peuvent poursuivre leurs champs et vont récolter. "Mais que personne ne plante encore. C’est en fait un espace destiné au riz, et non aux cultures vivrières », explique –t –il. Cette autorité ajoute que les cultivateurs n’ont aucun droit de modifier le calendrier agricole de la société et que cet espace de 35 hectares était uniquement destiné à la culture du riz pour la saison culturale B.

Le directeur général a.i. à la SRDI formule également une mise en garde contre les membres du comité de la coopérative Abanyamwete du village deux. qui semblent avoir autorisé ce désordre de planter les cultures vivrières au détriment du riz. « Ces membres du comité qui ne font pas leur travail comme doivent être sanctionnés conformément à la loi », martèle Jean Kennedy Samaniro, le premier responsable à la SRDI.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

173 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau





Les plus populaires
Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 13 %)

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 11 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 4 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Les femmes font avancer le pays ,(popularité : 3 %)

L’économie du pays va decrescendo ,(popularité : 3 %)

Clément Butoke : « les billets de banque usagés nuisent à l’image du pays »,(popularité : 3 %)

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM,(popularité : 3 %)

SYDONIA world : solution aux coûts élevés de transport au Burundi,(popularité : 3 %)