"Plus jamais ça à l’endroit des journalistes", implore le CNC


Trois journalistes de la radio cultureont été maltraités par la police ce lundi dans la localité de Kigeri en commune Ntahangwa en mairie de Bujumbura. Le Conseil National de la Communication CNC déplore cet incident et appelle la police et l’administration à privilégier la collaboration pour l’intérêt du pays.



Par: Isanganiro , mardi 28 août 2018  à 16 : 52 : 46
a

Ces journalistes sont Alain Niyomucamanza, Alain Majesté Barenga et Bella Gloria Akimana, une stagiaire à cette station. Dans un même itinéraire , ils se rendaient dans la localité de Kigeri dans le quartier 10 de la zone Ngagara pour couvrir un procès de litige qui opposait deux familles. Des propos de ces journalistes repris par le président du conseil national de la communication, ils ont trouvé sur place des agents de sécurité qui les ont considérés comme des éléments catalyseurs dans ce procès. Le CNC déplore que ces journalistes ont décliné leurs identités professionnelles mais en vain et se sont vus empêcher d’exercer leur métier par la police.

Ces journalistes, poursuit le président du CNC, affirment avoir été maltraités en violation de l’article 11 de la loi régissant la presse au Burundi, ce que soutient le conseil national de la communication. "Le journaliste a droit sur le territoire burundais à la sécurité de sa personne et de son matériel", rappelle Nestor Bankumukunzi, président du CNC. Selon Bankumunzi, même si le porte parole de la police rejette ces accusations, ces journalistes n’ont pas pu accomplir leur mission.

A cet effet, dit Bankumukunzi, le conseil national déplore cet incident et souhaite que ce genre de situation ne se reproduise plus. Et au numéro un du CNC de recommander le renforcement de la collaboration entre les medias et les responsables de l’administration publique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

151 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité



a

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa



a

Bubanza, Des mineurs "bandits"



a

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail



a

Santé : Suspension de toutes les associations des tradipraticiens



a

Bubanza : Des accusations de sorcellerie refont surface



a

Bubanza : La mesure de sécurité "couvre-feu" à Gihanga sème de zizanie



a

La police burundaise présente un des présumés auteurs des massacres de Ruhagarika



a

Des arrestations en cascades des agents de lumitel en grève



a

Des chiens errants à Bubanza, un danger public





Les plus populaires
"Les pays qui hébergeraient ceux qui ont commis des crimes au Burundi n’auront plus de prétexte", dit le ministre de la sécurité,(popularité : 100 %)

Bujumbura : Les conducteurs de vélos interdits de dépasser les ponts Ntahangwa,(popularité : 17 %)

Bubanza, Des mineurs "bandits",(popularité : 5 %)

Francis Rohero dans le collimateur du SNR,(popularité : 5 %)

Gihanga : Deux personnes d’une même famille tuées dans une embuscade ,(popularité : 4 %)

Le site de Businde est désormais un camp militaire ,(popularité : 4 %)

Hussein Radjabu introuvable à Mpimba,(popularité : 3 %)

Santé : Les employés du CNPK menacent d’arrêter le travail ,(popularité : 3 %)

Nord Kivu : Boycott de l’appel du M23 par la population ,(popularité : 3 %)

Zénon Ndaruvukanye échappe à un attentat, plusieurs armes saisies ,(popularité : 3 %)