Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques


Cinq ministres burundais dont celui de l’intérieur, de la sécurité, des travaux publics, de l’agriculture, élevage et environnement et celui de l’énergie et des mines étaient invités à la chambre haute du Parlement pour s’exprimer sur les constructions anarchiques au Burundi. Des sénateurs déplorent que des espaces verts, des zones tempons et des espaces réservés ont été attribués à des gens en violation de la loi. Le sénat recommande que les propriétaires qui vident les lieux et les services de l’Etat complice soit sanctionnés sans distinction aucune.



Par: Isanganiro , lundi 24 septembre 2018  à 16 : 03 : 25
a

Selon le rapport de la commission mandatée par le sénat au mois de juillet 2018, certains espaces réservés dont celui se trouvant près du site de Kiyange menant vers l’aéroport international de Bujumbura sont couverts de légumes. La commission craint que les cultivateurs risquent de s’en approprier à la longue. La commission souligne qu’un espace qui allait servir de terrain de football a été attribué à des particuliers . Pour la commission, la mairie de Bujumbura devrait se saisir de ces cas pour limiter les attributions illégales.

En ce qui est de la station d’épuration de Buterere, 64 hectares des SETEMU qui avaient été réservés pour abriter cette installation ont été répartis. La commission du Sénat précise qu’elle a contacté les anciens administrateurs de Buterere et Ngagara. Elle affirme que chacun s’en lave les mains signifiant qu’à son règne, la situation se présentait ainsi. Alors que la commission dit que du coté Buterere c’est facile pour vider la question, mais du coté de la zone Ngagara,, la solution reste difficile, le président du sénat Réverien Ndikuriyo rejette la recommandation et trouve que c’est penchant . "Il ne faut pas avoir peur de démolir les maisons. Au kenya à Nairobi, des centaines de maisons ont été détruites pour faire respecter les lois. Tout le monde a son origine. Nous avons appris que ceux qui sont dans ce périmètre ont été indemnisés, les 64hectares doivent être disponibles", dit Reverien Ndikuriyo qui ajoute que tout le monde doit quitter. Pour lui, ils auront le droit de réclamer ceux qui ont des autorisations de bâtir pour exiger autorisations mais après avoir obtempéré.

Pour la sénatrice Spès Caritas Njebarikanuye, il faut identifier tous les administrateurs signataires qui ont validé ces attributions dans la zone d’épuration pour être sanctionnés. En plus, « les sanctions administratives et pénales devraient être appliquées aux services de l’Etat qui auront été identifiés complices », ajoute le deuxième vice président du sénat Anicet Niyongabo. Alors que certains sénateurs accusent la commission ministérielle de pencher sur l’étiquetage des maisons à démolir, Révérien Ndikuriyo recommande à tout un chacun d’éviter de tergiverser. "La loi doit être appliquée de la même manière sans distinction aucune".

Dans ces attributions de ces parcelles, les sénateurs dénoncent un « vol organisé ». Ils affirment que des plans de recollement ont été élaborés pour servir à la place du plan initial des SETEMU. Le Président du Sénat ne mâche pas les mots pour clarifier que la récupération des 64 hectares doit se faire compte tenu du plan initial. Pour Anicet Niyonkuru, deuxième vice président du Sénat, il faut aussi que des espaces verts désaffectés en faveur des constructions individuelles soient recensés pour être récupérés.

A Kigobe, des habitants tout près de la rivière de Kamenge ont agrandi leurs parcelles. Le président du sénat trouve que ces clôtures en grande parties soient démolies. Les sénateurs trouvent également que des bâtiments érigés sur les installations de la Regideso soient démolis. Le Président du Sénat appelle la Régideso à montrer le schéma de ses installations et de bien remettre l’infrastructure endommagée à son état initial après réparation d’une panne.

5 ministres du gouvernement conscients de l’interdiction des constructions anarchiques

Pour le Ministre Alain G. Bunyoni, des agents de sécurité qui seront surpris alliés aux groupes des commissionnaires dans l’attribution de ces espaces abritant des constructions anarchiques seront punis conformément à la loi. De son coté, le ministre Deo Guide Rurema, de l’agriculture, élevage et environnement affirme que certains endroits viabilisés hors la loi seront désaffectés pour abriter les cultures. Pour le ministre de l’Intérieur, un chronogramme des exécutions devrait être élaboré pour mettre en application les recommandations formulées par le Sénat en matière des constructions anarchiques et appelle les autorités administratives, à défaut d’être pris comme complices, d’interdire par saisie des documents autorisant des attributions illégales".

Le sénat burundais donne un délai de 30 jours à la direction de la Reine de la Paix de Ngagara pour dégager de la ville de Bujumbura les porcs élevés à cette école. Le sénat affirme qu’il s’agit des porcs appartenant à certains dignitaires et non un patrimoine de l’école.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

182 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées



a

UA appelle les burundais au dialogue d’Arusha fixé du 18 au 24 octobre



a

Burundi : les ONGs sommées de se réinscrire quatre documents dans les mains !



a

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales



a

DH : Le mandat de la commission onusienne d’enquête sur le Burundi s’allonge



a

Les Nations Unies au côté du Burundi



a

Agathon Rwasa et Jacques Bigirimana jouent sur les mots !



a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions





Les plus populaires
Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 45 %)

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul,(popularité : 29 %)

Burundi : les ONGs sommées de se réinscrire quatre documents dans les mains ! ,(popularité : 8 %)

« Mujeri ou ennemi du pouvoir ? » écart de langage pour un chef d’Etat,(popularité : 4 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 4 %)

Burundi : Le sommet des chefs d’Etat de l’EAC autour de la crise burundaise ,(popularité : 4 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 4 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 4 %)

Intrigue autour de l’affaire Rukara ,(popularité : 4 %)

L’ADC-Ikibiri insiste toujours pour les négociations avec le Gouvernement,(popularité : 4 %)