Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain

Sport et culture


Bujumbura abrite la 2ème édition du tournoi de Golf


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques


Cinq ministres burundais dont celui de l’intérieur, de la sécurité, des travaux publics, de l’agriculture, élevage et environnement et celui de l’énergie et des mines étaient invités à la chambre haute du Parlement pour s’exprimer sur les constructions anarchiques au Burundi. Des sénateurs déplorent que des espaces verts, des zones tempons et des espaces réservés ont été attribués à des gens en violation de la loi. Le sénat recommande que les propriétaires qui vident les lieux et les services de l’Etat complice soit sanctionnés sans distinction aucune.



Par: Isanganiro , lundi 24 septembre 2018  à 16 : 03 : 25
a

Selon le rapport de la commission mandatée par le sénat au mois de juillet 2018, certains espaces réservés dont celui se trouvant près du site de Kiyange menant vers l’aéroport international de Bujumbura sont couverts de légumes. La commission craint que les cultivateurs risquent de s’en approprier à la longue. La commission souligne qu’un espace qui allait servir de terrain de football a été attribué à des particuliers . Pour la commission, la mairie de Bujumbura devrait se saisir de ces cas pour limiter les attributions illégales.

En ce qui est de la station d’épuration de Buterere, 64 hectares des SETEMU qui avaient été réservés pour abriter cette installation ont été répartis. La commission du Sénat précise qu’elle a contacté les anciens administrateurs de Buterere et Ngagara. Elle affirme que chacun s’en lave les mains signifiant qu’à son règne, la situation se présentait ainsi. Alors que la commission dit que du coté Buterere c’est facile pour vider la question, mais du coté de la zone Ngagara,, la solution reste difficile, le président du sénat Réverien Ndikuriyo rejette la recommandation et trouve que c’est penchant . "Il ne faut pas avoir peur de démolir les maisons. Au kenya à Nairobi, des centaines de maisons ont été détruites pour faire respecter les lois. Tout le monde a son origine. Nous avons appris que ceux qui sont dans ce périmètre ont été indemnisés, les 64hectares doivent être disponibles", dit Reverien Ndikuriyo qui ajoute que tout le monde doit quitter. Pour lui, ils auront le droit de réclamer ceux qui ont des autorisations de bâtir pour exiger autorisations mais après avoir obtempéré.

Pour la sénatrice Spès Caritas Njebarikanuye, il faut identifier tous les administrateurs signataires qui ont validé ces attributions dans la zone d’épuration pour être sanctionnés. En plus, « les sanctions administratives et pénales devraient être appliquées aux services de l’Etat qui auront été identifiés complices », ajoute le deuxième vice président du sénat Anicet Niyongabo. Alors que certains sénateurs accusent la commission ministérielle de pencher sur l’étiquetage des maisons à démolir, Révérien Ndikuriyo recommande à tout un chacun d’éviter de tergiverser. "La loi doit être appliquée de la même manière sans distinction aucune".

Dans ces attributions de ces parcelles, les sénateurs dénoncent un « vol organisé ». Ils affirment que des plans de recollement ont été élaborés pour servir à la place du plan initial des SETEMU. Le Président du Sénat ne mâche pas les mots pour clarifier que la récupération des 64 hectares doit se faire compte tenu du plan initial. Pour Anicet Niyonkuru, deuxième vice président du Sénat, il faut aussi que des espaces verts désaffectés en faveur des constructions individuelles soient recensés pour être récupérés.

A Kigobe, des habitants tout près de la rivière de Kamenge ont agrandi leurs parcelles. Le président du sénat trouve que ces clôtures en grande parties soient démolies. Les sénateurs trouvent également que des bâtiments érigés sur les installations de la Regideso soient démolis. Le Président du Sénat appelle la Régideso à montrer le schéma de ses installations et de bien remettre l’infrastructure endommagée à son état initial après réparation d’une panne.

5 ministres du gouvernement conscients de l’interdiction des constructions anarchiques

Pour le Ministre Alain G. Bunyoni, des agents de sécurité qui seront surpris alliés aux groupes des commissionnaires dans l’attribution de ces espaces abritant des constructions anarchiques seront punis conformément à la loi. De son coté, le ministre Deo Guide Rurema, de l’agriculture, élevage et environnement affirme que certains endroits viabilisés hors la loi seront désaffectés pour abriter les cultures. Pour le ministre de l’Intérieur, un chronogramme des exécutions devrait être élaboré pour mettre en application les recommandations formulées par le Sénat en matière des constructions anarchiques et appelle les autorités administratives, à défaut d’être pris comme complices, d’interdire par saisie des documents autorisant des attributions illégales".

Le sénat burundais donne un délai de 30 jours à la direction de la Reine de la Paix de Ngagara pour dégager de la ville de Bujumbura les porcs élevés à cette école. Le sénat affirme qu’il s’agit des porcs appartenant à certains dignitaires et non un patrimoine de l’école.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

215 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"





Les plus populaires
Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 7 %)

La CSTB en contradiction avec les lois en vigueur au Burundi,(popularité : 6 %)

Alerte : Honorable Niyoyankana Bonaventure va et (re ) vient,(popularité : 6 %)

Muyinga : Le drapeau national, symbole cher ? ,(popularité : 5 %)

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !,(popularité : 5 %)

Burundi : La Belgique appuie la COSOME et CEJP pour l’observation électorale ,(popularité : 5 %)

Assemblée nationale : les représentants du peuple, ce n’est pas la société civile,(popularité : 4 %)

Les communes de la Mairie de Bujumbura réduites à trois ,(popularité : 3 %)

Le recensement ethnique est une violation des accords d’Arusha ,(popularité : 3 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 3 %)