Rumonge : les prix de l’huile de palme chutent


Le prix de l’huile de palme ne cesse de chuter jusqu’à 50% actuellement en commune Rumonge, principale zone de production de cette denrée au Burundi. Festus Ciza, représentant légal de l’Association pour la promotion des palmiculteurs du Burundi(APROPABU) explique que ce phénomène est consécutif à une bonne hydratation des palmeraies doublée d’une production suffisante chez les jeunes palmiers.



Par: Isanganiro , lundi 8 octobre 2018  à 10 : 31 : 53
a

Au parking de Rumonge pour les véhicules faisant la liaison Rumonge-Bujumbura, un bidon d’huile de palme s’achète actuellement à 9000 Fbu et il va jusqu’à 7000 Fbu aux mini-huileries selon certains consommateurs interrogés. Et cela après un mois que ce même bidon s’achetait à un prix variant entre 15000 et 16000 Fbu.

Festus Ciza, représentant légal de l’Association pour la Promotion des Palmiculteurs du Burundi (APROPABU en sigle) explique cette situation par le fait que c’est la récolte des régimes de palmiers, une récolte abondante suite à une bonne hydratation des palmeraies lors de la dernière saison pluvieuse ; une situation doublée de la production des jeunes palmiers reconvertis qui commence à être suffisante.

Cependant, poursuit Festus Ciza, les consommateurs doivent prendre des précautions pour faire face à une éventuelle spéculation sur ce produit de certains commerçants qui le collecte actuellement pour le revendre à un prix élevé entre janvier et septembre.

A cette fin, les consommateurs de l’huile de palme sont appelés à en stocker et le gouvernement burundais devrait surveiller la fluctuation des prix de ce produit burundais en faveur des producteurs et des consommateurs.

Au sein de l’APROPABU, l’on informe qu’une huile bien extraite sans impuretés peut se conserver jusqu’à une année dans des bidons en plastique.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

193 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : Les enseignants dénoncent un recensement mal organisé



a

CICR au Burundi : Bilan 2018



a

Bubanza : les autodidactes s’inscrivent à compte-gouttes



a

Cibitoke : des directeurs craignent le non achèvement de programmes



a

La SODEBASE plaide pour un leadership digne



a

Bubanza : les CEM ouvrent avec sept mois de retard



a

Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système



a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires





Les plus populaires
CTB : Communiqué de presse Bujumbura ,(popularité : 11 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 8 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 6 %)

Mugamba : Privés de leurs pancartes, les enseignants de cette commune ont quand-même manifesté,(popularité : 5 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 5 %)

Zebiya prie pour le ministre Edouard Nduwimana,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : Le Recteur Gaston Hakiza limogé après neuf ans de règne ,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 3 %)