Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance


Un chiffre de 28 mille enfants inscrits cette année scolaire en première année inquiète les autorités tant administratives que scolaires dans la province de Bubanza. Le gouverneur de cette province parle d’un un indicateur clé d’une démographie galopante. Et le directeur provincial de l’enseignement de dire que la capacité d’accueil dans les classes de premièreannée est largement dépassée.



Par: Isanganiro , mardi 9 octobre 2018  à 16 : 19 : 10
a

Jimmy Uwarugira rentre de l’Ecole Fondamentale Gihanga III, très fatigué, avec dans les mains, deux cahiers déjà déchirés. Après quatre semaines de la rentrée scolaire, il se lamente auprès de ses parents : « Nous nous essayons par terre quand nous arrivons en retard car les places sont peu nombreuses. Nous prenons notes très difficilement. Et comment voulez-vous que mes cahiers restent en bon état, quand nous les mettons sur les jambes pour écrire, et que parfois, la feuille est trouée par le stylo, c’est la galère », déplore cet enfant les conditions dans lesquelles il étudie. Il ajoute qu’il ne veut même pas retourner àl’écolemême si ses parents font tout pour qu’il n’abandonne pas.

Le directeur provincial de l’enseignement déclare que presque toutes les salles de classe de premièreannée dans toute la province comptent plus de cent écoliers, avec tous les problèmes qui en découlent : « C’est un problème sérieux. Des centaines d’enfants dans les classes, des enseignants insuffisants, des livres et des bancs pupitres qui manquent, … C’est pénible de tenir un cahier dans les mains et de pouvoir écrire quand on s’assoit par terre ». Philbert Habonimana ajoute que ce problème est difficile à gérer d’autant plus qu’il y a un manque criant d’enseignants et de locaux dans toutes les directions communales de l’enseignement de cette province.

L’analyse du gouverneur de cette province est que ces chiffres d’enfants inscrits en première année constituent un indicateur d’une démographie galopante. « Je constate que la population s’accroit aussi vite actuellement. Vingt-huit mille enfants de 7 ans seulement ! », regrette cette autorité provinciale. Térence Nobus Butoyi déplore également le fait qu’il y a des parents qui s’alignent souvent devant son bureau pour solliciter des cahiers, des uniformes, des vivres et autres effets scolaires pour leurs enfants. Il recommande à la population à limiter les naissances et à mettre au monde des enfants dont ils pourront supporter la prise en charge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

151 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : Les enseignants dénoncent un recensement mal organisé



a

CICR au Burundi : Bilan 2018



a

Bubanza : les autodidactes s’inscrivent à compte-gouttes



a

Cibitoke : des directeurs craignent le non achèvement de programmes



a

La SODEBASE plaide pour un leadership digne



a

Bubanza : les CEM ouvrent avec sept mois de retard



a

Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système



a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires





Les plus populaires
CTB : Communiqué de presse Bujumbura ,(popularité : 11 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 8 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 6 %)

Mugamba : Privés de leurs pancartes, les enseignants de cette commune ont quand-même manifesté,(popularité : 5 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 5 %)

Zebiya prie pour le ministre Edouard Nduwimana,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : Le Recteur Gaston Hakiza limogé après neuf ans de règne ,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 3 %)