Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !


Le député Pamphile Malaika élu dans la circonscription de Muyinga salue les initiatives du gouvernement burundais dans le but de redresser le secteur minier. Toutefois, cet élu du peuple regrette que l’Office Burundais des Minerais n’ait pas fait son travail convenablement. Il demande que la loi portant sur la prévention et la répression de la corruption soit mise en œuvre afin que toutes les recettes minières soient perçues par le trésor public.



Par: Isanganiro , lundi 15 octobre 2018  à 16 : 36 : 39
a

Tout commence le 26 septembre 2018 lorsque le conseil nationale de la sécurité qui a pris la décision de suspendre toutes les sociétés minières pour un mois. Général Major Silas Ntigurirwa, secrétaire permanent dudit conseil avait accusé ces sociétés de fraude, à l’origine de la suspension. « Le conseil national de sécurité constate que la plupart des entreprises et coopératives qui exploitent et vendent les minerais se livrent à la fraude de ces minerais en violation de la loi en vigueur. Pour ce faire, le Conseil National de Sécurité prend la décision de suspendre toute activité de ces dernières pour une durée d’un mois à partir du 1er octobre 2018 en vue de remettre l’ordre et la conformité à la loi dans ce secteur », rassure cet officier de l’armée burundaise dans un communiqué lu à la RTNB le 26 septembre le mois dernier.

Deux semaines après cette annonce, c’est le 2eme Vice-Président de la République Joseph Butore qui va rencontrer les sociétés minières. Selon les statistiques de la Banque de la République du Burundi, environs 45 millions de dollars américains étaient escomptés entrer dans les caisses de l’Etat pour l’exercice 2017 mais n’est entré qu’une somme d’environ 16 millions de dollars. Pour l’année en cours, sur plus de 35 millions de dollars américains que le Burundi espérait récolter jusqu’au mois de septembre ,il n’a enregistré que 13 millions de dollars américains. Joseph Butore a expliqué à ces sociétés minières et comptoirs que la décision prise par le gouvernement via le conseil de sécurité est irréversible, dans le but de développer le secteur minier.

« L’OBM a été défaillant », selon le député Pamphile Malaika.

Cet élu du peuple de la circonscription de Muyinga espère que toutes les initiatives du gouvernement s’inscrivent dans le cadre de trouver solutions aux problèmes qui se posent dans ce secteur. Cependant il jette le tort à l’Office Burundais des Minerais qui n’a pas exercé convenablement ses fonctions. « L’alarme lancée ne devrait pas provenir du conseil national de sécurité mais plutôt du ministère. Nous avons également suggéré que la production et l’impact financier soient séparés lors du rapport de 2017 mais cela n’a pas été fait », déplore le député de Muyinga.

Ce membre de la chambre basse du parlement demande que la loi portant prévention et répression de la corruption soit mise en œuvre pour redresser le secteur minier.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

435 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 15 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 15 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 14 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 10 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 9 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 8 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 6 %)

Incendie du marché de Bujumbura : La BCB donne 50 million de Francs burundais,(popularité : 6 %)

Un silence assourdissant de la BRB sur la dévaluation de la monnaie,(popularité : 6 %)

OLUCOME : Un projet de loi sur la presse contre la tolérance zéro à la corruption ,(popularité : 6 %)