« Dialogue » ou « Monologue » ?


Depuis ce mercredi 24 octobre 2018 se tient à Arusha en Tanzanie la 5eme session du dialogue inter burundais .A part les formations politiques de l’opposition interne et externe, le parti au pouvoir et ses alliés ainsi que le gouvernement semble s’être abstenus.



Par: Isanganiro , mercredi 24 octobre 2018  à 10 : 46 : 19
a

Le 5eme round des pourparlers inter burundais étaient d’abord prévu du 19 au 24 octobre mais, il a été reporté du 24 au 29 sur demande du gouvernement. La raison avancée était la commémoration du 25eme anniversaire de l’assassinat du président de la République Melchior Ndadaye . Aujoud’hui, « tout le mois d’octobre est une période de deuil : le Burundi a perdu le Prince Louis Rwagasore, héros de l’indépendance et le président Melchior Ndadaye au même mois d’octobre », justifie Prosper Ntahorwamiye secrétaire général et porte-parole du gouvernement burundais. Il ajoute qu’une note a été envoyée à la facilitation pour demander un autre report et que le gouvernement attend impatiemment la réponse.

Au même moment, au sein du parti au pouvoir CNDD FDD, son absence tire source de la composition des invités. Nancy Ninette Mutoni chargée de la communication de ce parti confirme le boycott du parti présidentiel au 5ème round du dialogue inter burundais. « Le CNDD-FDD sera absent à Arusha pour le 5me round .Il demande constamment au gouvernement et à la facilitation de se convenir sur les personnes qui prendront part à la session », explique-t-elle.

Les autres partis politiques réputés pour être proches du pouvoir actuel disent avoir suivi le pas du gouvernement. « Nous et les autres partis de l’opposition extra parlementaire avons décidé de ne pas participer à une session à laquelle le gouvernement burundais ne participe pas », dit Jean de Dieu Mutabazi,président du parti RADEBU.

Cependant, les autres partis politiques de l’opposition interne et externe comme le parti Sahwanya FRODEBU ,la coalition Amizero y’Abarundi,l e pati CNDD ainsi que la plateforme de l’opposition externe CNARED sont déjà à Arusha. Outre les partis politiques, les ex présidents de la République Domitien Ndayizeye et Sylvestre Ntibantunganya sont également attendus à Arusha pour la 5eme session du dialogue inter burundais.

Toutefois, au cours d’une réunion inter parlementaire tenue à Genève, le président de l’assemblée nationale Pascal Ngabenda avait rassuré que le gouvernement burundais prendra part à ces pourparlers.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

269 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La levée des sanctions contre la BBC et VOA n’est pas pour aujourd’hui



a

Les responsables des partis politiques inquiets à la veille des élections de 2020



a

Le parlement burundais réclame un Sommet des pays contributeurs à l’AMISOM



a

Les parlementaires burundais préoccupés par la dette du pays envers l’EAC



a

Huit ONGs étrangères se font réenregistrer pendant la période de prolongation



a

Le président somalien en visite au Burundi



a

Gitega regrette des sanctions prises à son encontre



a

Le Burundi gagne un palais présidentiel



a

Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL



a

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa





Les plus populaires
Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 12 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 10 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 10 %)

Burundi : Fin officielle des travaux de BNUB sur fond de manifestation en solo ,(popularité : 10 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 9 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 9 %)

‘’Acteur politique’’, un concept aux limites politiquement flous,(popularité : 9 %)

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC,(popularité : 9 %)

Le chef des Renseignements burundais remplacé,(popularité : 9 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 9 %)