« Dialogue » ou « Monologue » ?


Depuis ce mercredi 24 octobre 2018 se tient à Arusha en Tanzanie la 5eme session du dialogue inter burundais .A part les formations politiques de l’opposition interne et externe, le parti au pouvoir et ses alliés ainsi que le gouvernement semble s’être abstenus.



Par: Isanganiro , mercredi 24 octobre 2018  à 10 : 46 : 19
a

Le 5eme round des pourparlers inter burundais étaient d’abord prévu du 19 au 24 octobre mais, il a été reporté du 24 au 29 sur demande du gouvernement. La raison avancée était la commémoration du 25eme anniversaire de l’assassinat du président de la République Melchior Ndadaye . Aujoud’hui, « tout le mois d’octobre est une période de deuil : le Burundi a perdu le Prince Louis Rwagasore, héros de l’indépendance et le président Melchior Ndadaye au même mois d’octobre », justifie Prosper Ntahorwamiye secrétaire général et porte-parole du gouvernement burundais. Il ajoute qu’une note a été envoyée à la facilitation pour demander un autre report et que le gouvernement attend impatiemment la réponse.

Au même moment, au sein du parti au pouvoir CNDD FDD, son absence tire source de la composition des invités. Nancy Ninette Mutoni chargée de la communication de ce parti confirme le boycott du parti présidentiel au 5ème round du dialogue inter burundais. « Le CNDD-FDD sera absent à Arusha pour le 5me round .Il demande constamment au gouvernement et à la facilitation de se convenir sur les personnes qui prendront part à la session », explique-t-elle.

Les autres partis politiques réputés pour être proches du pouvoir actuel disent avoir suivi le pas du gouvernement. « Nous et les autres partis de l’opposition extra parlementaire avons décidé de ne pas participer à une session à laquelle le gouvernement burundais ne participe pas », dit Jean de Dieu Mutabazi,président du parti RADEBU.

Cependant, les autres partis politiques de l’opposition interne et externe comme le parti Sahwanya FRODEBU ,la coalition Amizero y’Abarundi,l e pati CNDD ainsi que la plateforme de l’opposition externe CNARED sont déjà à Arusha. Outre les partis politiques, les ex présidents de la République Domitien Ndayizeye et Sylvestre Ntibantunganya sont également attendus à Arusha pour la 5eme session du dialogue inter burundais.

Toutefois, au cours d’une réunion inter parlementaire tenue à Genève, le président de l’assemblée nationale Pascal Ngabenda avait rassuré que le gouvernement burundais prendra part à ces pourparlers.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

197 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées



a

UA appelle les burundais au dialogue d’Arusha fixé du 18 au 24 octobre





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 5 %)

UA appelle les burundais au dialogue d’Arusha fixé du 18 au 24 octobre,(popularité : 3 %)

Pas de négociation en Suisse mais un atelier,(popularité : 3 %)

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les restes de Gahutu, et Misigaro pourront être rapatriées après des années,(popularité : 3 %)

Fondation Intahe : "Arusha n’a été que partage de postes’’,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)

Dix-huit ans après : Qu’en est-il du procès Ndadaye ?,(popularité : 2 %)