Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni


La cinquième session du dialogue inter burundais dont la présence effective était l’opposition a été clôturée ce lundi par le facilitateur moyennant remise d’un document prêt à transmettre au médiateur Yoweli Kaguta Museveni, président ougandais et au sommet des Chefs d’Etas de l’EAC. Selon le conseiller principal de la facilitation, c’est le tour du sommet des chefs d’état pour déterminer une feuille de route pour les élections de 2020.



Par: Isanganiro , mardi 30 octobre 2018  à 10 : 56 : 01
a

Lors de la clôture ce lundi des activités de la cinquième session du dialogue inter burundais, le facilitateur , ex président tanzanien Benjamin Mkapa a indiqué aux participants dont l’opposition interne et externe à laquelle se sont ajoutés les deux anciens présidents burundais, qu’il s’agit de la dernière session sous sa facilitation. Tenant le document des recommandations formulées, malgré l’absence de la partie gouvernementale, le facilitateur révèle que ce rapport sera remis à son tour à la médiation. Pour les participants, avant les échéances électorales, une série des questions devrait être vidée. Il s’agit entre autres de l’évaluation de la mise en application et le respect de l’accord d’Arusha , le déploiement des missions d’observation policière et militaire incluant des unités de sécurisation des leaders politiques rentrant d’exil et l’ouverture de l’espace politique.

Pour le politologue Julien Nimubona, "il n’a pas encore eu de vrai dialogue inter burundais à Arusha tant que le médiateur Yoweli Kaguta Museveni n’en a pas encore assuré lui-même la médiation". Selon lui, le facilitateur, à travers ce que ce politologue appelle médiation douce, ne peut qu’écouter les deux parties sans pouvoir décider. Il trouve que ce qui s’est passé à Arusha depuis le début de ces pourparlers n’ont été que des monologues. Pour le professeur Julien Nimubona, il faudrait passer à l’étape suivante, la médiation faisant recours à la médiation de puissance utilisant le bâton et la carotte. Alors que les échéances électorales pointent à l’horizon, il trouve qu’il est possible de vider toutes les questions par la volonté des uns et des autres ; mais pour lui, c’est le président de la République qui doit faire le premier pas et à l’opposition d’éviter de radicaliser toute ses offres.

A l’annonce de la fin de la facilitation de Mkapa, les participants souhaitent que l’ONU et l’Union Africaine mettent en place un nouveau cadre de dialogue. Toutefois, le parti Sahwanya Frodebu, un des partis présents à Arusha , trouve que quelles que soient les conditions, les élections doivent avoir lieu. Pierre Claver Nahimana rassure que son parti reste déterminé à participer au prochaines échéances électorales de 2020.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

447 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 7 %)

QPN : Les élections présidentielles se sont déroulées « dans le calme et dans la transparence »,(popularité : 4 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 4 %)

L’Est de la RDC, fief des opposants et des pros du pouvoir de Bujumbura ,(popularité : 4 %)

Quelle est la racine du mal pour l’Uprona ?,(popularité : 4 %)

‘’ L’appel des leaders politiques en exil au retour au pays est une intrigue’’,(popularité : 4 %)

Peut–on parler de campagne électorale ?,(popularité : 4 %)

Le frodebu demande au président Nkurunziza de sortir de son silence ,(popularité : 4 %)

Moïse Bucumi a eu raison sur la chambre basse,(popularité : 4 %)

Les ASBL acculées à donner des rapports financiers et administratifs,(popularité : 4 %)