Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM


Le Burundi fait face à une faible inclusion financière de moins de 30% selon le Président du conseil d’administration du Réseau des Institutions des micro finances RIM en sigle en cette date du 31 Octobre la journée internationale de l’épargne. Bernard KENYATA invite tous les intervenants à tout faire pour que ce taux d’inclusion financière augmente.



Par: Isanganiro , jeudi 1er novembre 2018  à 11 : 40 : 05
a

Selon Bernard Kinyata, personne ne peut faire prétexte d’un petit revenu pour dire qu’il n’a rien à déposer sur un compte courant ou épargne dans une banque ou microfinance. Au sein du réseau des institutions des microfinances l’on trouve que c’est la principale cause d’un faible taux d’inclusion financière. Bernard KINYATA Président du conseil d’Administration du RIM fait un clin d’œil à ceux-là qui ont le revenu qu’ils jugent insuffisant.

"Quel que soit le niveau de revenu, il est toujours possible d’épargner. Epargner n’est qu’une question de réalisme. La meilleure façon de financer des activités imprévues comme la maladie est la constitution d’une épargne", explique Kinyata Bernard.

Le réseau RIM demande le rôle de tout un chacun dans la sensibilisation des burundais afin que le taux d’inclusion financière augmente dans le pays. Selon Bernard KINYATA, le Gouvernement devrait revoir à la baisse l’impôt sur l’épargne même si le trésor public en a besoin.

Selon le rapport de RIM, les burundais qui ont des comptes dans des banques et microfinances sont chiffrés à moins de 30 %. Un petit pourcentage selon RIM par rapport à la croissance des banques qui sont actuellement à plus de dix et une vingtaine de microfinances.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

162 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 15 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 15 %)

Une loi sur la presse aussi contre la transparence macroéconomique ,(popularité : 14 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 10 %)

Exercice 2013 : La BCB réalise un bénéfice de 2 milliards ,(popularité : 9 %)

A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 8 %)

Le Burundi est- il capable de jouir de sa souveraineté économique ?,(popularité : 6 %)

Incendie du marché de Bujumbura : La BCB donne 50 million de Francs burundais,(popularité : 6 %)

Un silence assourdissant de la BRB sur la dévaluation de la monnaie,(popularité : 6 %)

OLUCOME : Un projet de loi sur la presse contre la tolérance zéro à la corruption ,(popularité : 6 %)