Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM


Le Burundi fait face à une faible inclusion financière de moins de 30% selon le Président du conseil d’administration du Réseau des Institutions des micro finances RIM en sigle en cette date du 31 Octobre la journée internationale de l’épargne. Bernard KENYATA invite tous les intervenants à tout faire pour que ce taux d’inclusion financière augmente.



Par: Isanganiro , jeudi 1er novembre 2018  à 11 : 40 : 05
a

Selon Bernard Kinyata, personne ne peut faire prétexte d’un petit revenu pour dire qu’il n’a rien à déposer sur un compte courant ou épargne dans une banque ou microfinance. Au sein du réseau des institutions des microfinances l’on trouve que c’est la principale cause d’un faible taux d’inclusion financière. Bernard KINYATA Président du conseil d’Administration du RIM fait un clin d’œil à ceux-là qui ont le revenu qu’ils jugent insuffisant.

"Quel que soit le niveau de revenu, il est toujours possible d’épargner. Epargner n’est qu’une question de réalisme. La meilleure façon de financer des activités imprévues comme la maladie est la constitution d’une épargne", explique Kinyata Bernard.

Le réseau RIM demande le rôle de tout un chacun dans la sensibilisation des burundais afin que le taux d’inclusion financière augmente dans le pays. Selon Bernard KINYATA, le Gouvernement devrait revoir à la baisse l’impôt sur l’épargne même si le trésor public en a besoin.

Selon le rapport de RIM, les burundais qui ont des comptes dans des banques et microfinances sont chiffrés à moins de 30 %. Un petit pourcentage selon RIM par rapport à la croissance des banques qui sont actuellement à plus de dix et une vingtaine de microfinances.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

117 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 10 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 2 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 2 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 2 %)

Ouverture solennelle des six marchés réhabilités en Mairie de Bujumbura,(popularité : 2 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 2 %)

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI ,(popularité : 2 %)

Banque mondiale : Une aide en faveur des femmes victimes des violences,(popularité : 2 %)

L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique,(popularité : 2 %)