La demande d’Agathon Rwasa rejetée


Le ministre de l’Intérieur vient de s’adresser à l’honorable Agathon Rwasa pour lui signifier son désagrément face à sa demande d’agrément du parti politique dénommé FNL Amizero y’’Abrundi. Le ministre Pascal Barandagiye explique qu’ils ont constaté que les sigles, emblèmes et devise de ce parti sont semblables à ceux d’un autre parti déjà agréé.



Par: Isanganiro , jeudi 8 novembre 2018  à 16 : 19 : 50
a

Dans un délai ne dépassant pas deux mois, un délai requis et réglementé par la loi régissant les partis politiques au Burundi pour avoir une réponse, le ministre Pascal Barandayiye rejette la demande de l’agrément du parti FNL Amizero y’Abarundi.

Dans une correspondance adressée au député Agathon Rwasa ce jeudi, le ministre Pascal Barandagiye explique qu’après une analyse approfondie du dossier de demande, "nous avons constaté que des sigles, Emblèmes et Devise de votre formation politique en quête d’agrément sont semblables à ceux d’un parti déjà agrée " écrit le ministre Barandagiye.

Malgré cette désapprobation, le ministre de l’intérieur salue le courage de ce politicien pour ses actions visant à faire avancer le processus démocratique au Burundi. Toutefois, il lui recommande le respect de l’article 27 de la loi no1/16 du 10 Septembre 2018 portant organisation et fonctionnement des partis politiques au Burundi. "Sans préjudice des droits acquis, aucun parti politique ne peut se doter de nom, de sigle ou autres signes identiques ou apparentés à ceux d’un autre parti", lit-on dans la lettre envoyée à Agathon Rwasa, premier vice-président de l’Assemblée Nationale.

Cette demande avait été introduite en date du 14 Septembre 2018. Juste quelque jours après, le président du parti FNL Jacques Bigirimana, au cours d’une conférence de presse s’est plaint, suppliant le ministre de l’intérieur de rejeter la demande arguant que les signes qu’a présentés Agathon Rwasa, y compris le nom sont ceux de son parti, un argument qu’avait rejeté Agathon Rwasa.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

877 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 5 %)

Burundi : Le président complète la liste des conseils nationaux prévus par la constitution de 2005,(popularité : 5 %)

La Nouvelle Zélande - le Burundi : Une Coopération absente mais nécessaire ,(popularité : 4 %)

Burundi : Des condoléances suite à la mort de l’ancien « terroriste », et médiateur Nelson Mandela ,(popularité : 3 %)

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité ,(popularité : 3 %)

Les communes de la Mairie seront Muha, Mukaza et…mais ,(popularité : 3 %)

La société civile dans le collimateur du conseil national de sécurité ,(popularité : 2 %)

La société civile, les syndicats et le gouvernement devraient privilégier le dialogue ,(popularité : 2 %)

La société civile appelle à une grève pacifique en restant dans les ménages,(popularité : 2 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)