Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !


Il existe des femmes formatrices d’autres femmes sur le comportement qu’il faut face à leurs maris ; nous sommes dans la zone Buyenzi en mairie de Bujumbura. Des filles qui désirent fonder leurs foyers apprennent à gérer et bien garder leurs futurs époux ; mais aussi des femmes déjà en couples, mais ayant des problèmes avec leurs maris, y vont pour se recycler, et voir ainsi comment remettre les choses en ordre.



Par: Isanganiro , jeudi 29 novembre 2018  à 14 : 11 : 21
a

Nous sommes à Buyenzi, 18ème avenue numéro 18, chez Somo Raye Ramson. Cette file qui se prépare pour le mariage, est venue apprendre sur le comportement qu’il faut quand viendra le moment de vivre en couple. Elle apprécie déjà, après seulement deux séances de formation.

Entre autres comportements qu’il faut devant son mari, Somo Raye Ramson appelle à la discipline. L’homme n’est pas à prendre n’importe comment. Il faut l’aider notamment le matin, avant qu’il ne parte pour son job. Et quand il rentre à midi, bien l’accueillir, tout en lui souhaitant la bienvenue, avant de l’inviter à table.

En cas de besoin, si la femme constate avoir mal agi, c’est bien de demander pardon. Pardon d’une part, mais d’une autre part aussi savoir dire, merci. Somo Raye Ramson renseigne également sur le comportement à adopter quand le mari rentre le soir. Il faut lui avoir préparé à manger ; l’aider à prendre douche, notamment. Et comme les deux se sont jurés de vivre ensemble pour la vie, ils se parlent, même au lit, et de tout.

Hakizimana Sikitu, une autre femme formatrice aux côté de Ramson, ajoute que des fois il y a même des hommes qui emmènent leurs femmes, pour bien apprendre la vie en couple.« Parfois il y a des hommes qui viennent avec leurs épouses disant que franchement qu’ils s’en lassent et veulent que nous les éduquions afin qu’ils puissent mener une bonne vie conjugale comme les autres », témoigne-t-elle.

Au domicile de Somo Raye Ramson, 18ème avenue 34 à Buyenzi, filles et femmes de tous horizons affluent pour apprendre comment vivre en couple, et bien satisfaire à leurs maris.« Ici je reçois toutes les catégories de personnes : les blancs, les noirs, les jeunes ainsi que les adultes. Mais aussi des jeunes filles et les mariées, que ce soit les musulmans ou pas,on les reçoit »,dit la formatrice.

Irakoze Fatouma, c’est l’une des femmes qui ont bénéficié de la formation sur la vie en couple chez Ramson. Elle dit mener une belle vie aujourd’hui avec son mari
« Je suis satisfaite parce que j’en ai beaucoup appris. Je suis venue apprendre étant jeune fille et j’ai été heureuse. J’ai reçu des formations et je forme les autres à mon tour comment se comporter conjugalement, apprendre à respecter le mari et un comportement digne pour une femme bien éduquée », révèle Madame Irakoze.
Somo Raye Ramson, exerce le métier de formatrice sur la vie en couple, depuis 2005. Tout comme d’autres formatrices estimées autour de 200, elle doit ce métier à sa maman qui le pratiquait depuis 1972.

Services appréciés par les hommes

Certains hommes de la zone urbaine de Buyenzi apprécient positivement cette formation dont bénéficient les femmes et les futures épouses. Ils précisent que cette formation contribue à bien entretenir leurs foyers. Toutefois, ils regrettent que cette éducation ne soit pas donnée en premier par les parents de la fille.

Les services offerts par les femmes formatrices en éducation conjugale de la zone Buyenzi sont payants par une somme variant entre 100 et 150 mille.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

174 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.





Les plus populaires
Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 54 %)

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...,(popularité : 18 %)

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent,(popularité : 8 %)

SYGECO et FOCODE au secours des victimes du marché de Bujumbura,(popularité : 7 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 7 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 7 %)

CNTB : La date du 24 courant devrait être prometteuse,(popularité : 4 %)

La loi vient envenimer davantage la pauvreté des Burundais ,(popularité : 4 %)

Gitega : Une fillette malformée attend beaucoup de vos gestes charitables,(popularité : 4 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 4 %)