Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine


La province Cibitoke enregistre une pénurie de carburant il y a une semaine. Certains propriétaires de véhicules affirment avoir préféré à garer engins chez eux puisque un litre d’essence se vend à 4000 fbu pour le moment.



Par: Isanganiro , mardi 11 décembre 2018  à 15 : 16 : 42
a

Depuis une semaine, toutes les stations-services de la province Cibitoke ne servent pas de carburant, aucune goutte d’essence ni de mazout ne sort des pompes. Pour le moment les demandeurs de ces produits pétroliers se ravitaillent frauduleusement à 4000 mille francs burundais le litre. Ces produits pétroliers frauduleux s’achètent à partir de la République Démocratique du Congo, témoignent certains des conducteurs. Et d’autres s’obtiennent clandestinement à partir de Bujumbura.

Certains véhicules, poursuivent-ils, s’approvisionnent en carburant à Bujumbura et vident leur réservoir afin que le carburant soit vendu frauduleusement à des prix élevés.

Suite à cette pénurie du carburant, certains propriétaires de véhicules optent pour laisser garer leurs véhicules à la maison .La situation est la même pour les véhicules de transport pour éviter d’enregistrer les pertes en achetant des produits pétroliers par voie frauduleuse.

A l’usine de fabrication du ciment BUCECO, les activités sont presque paralysées suite au manque de mazout. Les véhicules transportant du ciment fabriqué par BUCECO et ceux qui lui fournissent la matière première ne sont pas au service.

Au moment où les travailleurs de station-service dans cette province disent rester avec les promesses de leurs patrons, les conducteurs de motos et d’autres chauffeurs demandent avec insistance que le carburant soit disponible.

Au sein du ministère de l’énergie et mines, nous avons cherché le directeur général du carburant pour qu’il s’exprime sur cette situation ; il nous a renvoyé au porte-parole, mais ce dernier nous ne l’avons pas pu avoir. Il y a juste une semaine, le même porte-parole avait déclaré devant la presse que le manque de carburant est simplement lié au problème technique, mais sans plus de précision.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

62 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation



a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout





Les plus populaires
A quand les dividendes de la fibre optique au Burundi ?,(popularité : 26 %)

Serait- il actionnaire de Burundi- Brewery ?,(popularité : 12 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 12 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 11 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 9 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 8 %)

Les jérémiades des victimes du marché central ,(popularité : 8 %)

Burundi : Revenue National Moyen par Habitant estimé à 280 $ en 2013,(popularité : 8 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 8 %)

Burundi : De nouveaux tarifs de contrôle technique rejetés par le ministère de tutelle,(popularité : 7 %)