Burundi : Une stabilisation des rives en étapes ?


La stabilisation des berges de la rivière Ntahangwa est aujourd’hui effectuée par le groupe EIS-EK pour protéger les écoles EPJP et Ecole Pentecôte , coté Nyakabiga. Marc Rugerinyange, chef des travaux précise que le taux d’exécution est de 40 %.



Par: Isanganiro , mercredi 26 décembre 2018  à 16 : 26 : 00
a

Sur base d’une convention entre ce groupe et les ministères burundais des travaux publics et celui de l’environnement, agriculture et élevage, il a été convenu que les travaux sur un linéaire de 300 m seront exécutés sur 3 mois. Selon toujours ce superviseur des travaux, ces œuvres ont débuté le 5 novembre cette année.

PNG - 42 ko

Avec une main d’œuvre de plus de 130 ouvriers maçons, aide -maçons et ingénieurs ; les femmes font aussi partie de ces ouvriers. Le gros des femmes travaille au ramassage de pierres à partir de l’institut supérieur ISP située sur l’avenue de l’imprimerie jusqu’ a la rive de la Ntahangwa. Elles déposent ces matériaux de construction des gabillots dans le ravin de cette rivière.

Une autre stabilisation délaissée ?

Ces travaux de protections de ces écoles commencent alors plusieurs voix s’étaient élevées appelant au secours pour les écoliers. Un sos d’autant plus qu’ une partie des latrines s’était déjà écroulée vers cette rivière. Ceux de l’école primaire du jardin public EPJP avaient dû déménager vers l’école fondamentale Scheppers, coté primaire communément appelé EPA. Là, les écoliers étudiaient seulement les après-midi. C’est un ouf de soulagement aujourd’hui hui.

Les travaux de stabilisation des berges de la rivière Ntahangwa avaient déjà commencé puis arrêtés sur la rue Mukarakara coté Kigobe sud extension. Malheureusement, l’entreprise SYTECORE n’a pas continué. Actuellement, les gabillots déjà construits commencent à s’écrouler. Ça fait près d’une année que les travaux sont au point mort.

Trois semaines après l’arrêt des travaux, le porte- parole du ministère de l’environnement d’alors avait précisé que le contrat d’exécution d’un autre lot sur cette rivière était en cours de confection. Certains des propriétaires des parcelles sur la Mukarakara ont vidé les lieux alors que d’autres regardent impuissamment leurs biens sur le point de tomber. Pourtant, une pancarte située a la jonction boulevard du 28 novembre et la Mukarakara indique en gras caractères, que les travaux durent 3 mois c a d se juillet à septembre 2017.

A quand les travaux de stabilisation des berges de cette rivière des deux côtés du Pont de la République ? Le temps nous le dira.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

212 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : Des agriculteurs attendent toujours de l’engrais payé



a

Bujumbura : Le dépotoir de Buterere sera bientôt transféré à Muzinda



a

Rumonge : Kanyenkoko, victime des inondations



a

Edito : Bujumbura disparait à petit feu



a

Bujumbura : la colline Uwinterekwa menacée des fissures



a

Muyinga. Des habitants s’organisent pour parer au ravinement continu des rues



a

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?



a

Bubanza : Une trentaine de tombes détruites au cimetière de Mpanda



a

Musaga : Le ravin de Muzenga, une menace sans précédent



a

Bujumbura : Le Pont Muha risque de disparaitre





Les plus populaires
Bururi : Des agriculteurs attendent toujours de l’engrais payé,(popularité : 17 %)

TBC : plus de 200 ha de canne à sucre détruits par le feu,(popularité : 9 %)

GASHINYIRA ,Un site historique non entretenu,(popularité : 8 %)

Bubanza : chenilles défoliantes qui ravagent les cultures ,(popularité : 7 %)

Muyinga/Construction de plus d’une dizaine de blocs sanitaires au chef-lieu de la Province,(popularité : 6 %)

La région de Muguruka perd 16.300.000 tonnes de terre par an à cause de l’érosion ,(popularité : 6 %)

Que deviennent les occupants de la zone réservée à la station d’épuration de Buterere ?,(popularité : 6 %)

La Route Nationale 3 de nouveau coupée,(popularité : 5 %)

La météo de nouveau fâchée contre Buyengero et Rumonge,(popularité : 5 %)

Aménagement de la déviation sur la Muguruka, il faudra encore attendre,(popularité : 5 %)