HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète




Par: Désiré Nimubona , mercredi 2 mai 2012  à 18 : 35 : 17
a

Le sous-Secrétaire Général des Nations Unies pour les droits de l’homme, Ivan Simonovic, en visite de travail au Burundi se montre inquiet de l’interdiction de la publication d’un rapport de Human Rights Watch (HRW), qui était prévue pour ce mercredi à Bujumbura.

S’exprimant dans une conférence de presse de ce mercredi à Bujumbura, au siège de BNUB, Bureau des Nations Unies au Burundi, Simonovic a souligné qu’il avait, dans ses différentes audiences, soulevé cette inquiétude à la Ministre des Droits de l’Homme.

Selon lui, la ministre n’a pas su dire exactement le problème qui existe et qui empêcherait cette publication d’un rapport de Human Rights Watch, surtout qu’il y a même une coopération entre son institution et cette organisation.

Apparemment, selon cette hôte de marque, il y a, une interprétation du thème de ce rapport par le Gouvernement, qui, selon lui, cause de problème.

Le sous-Secrétaire Général des NU a fait savoir que la ministre des droits de l’homme du Burundi lui a signifié qu’il y avait des problèmes de procédures administratives avec ce rapport.

S’exprimant sur les droits de l’homme en général, Ivan Simonovic a souligné que le pays a fait un pas en avant car, selon lui, les tueries ciblées ont sensiblement diminué, passant de 61 en 2011 à 8 en 2012, mais tout en soulignant que même un seul cas d’assassinat ciblé est un cas de trop qui doit inquiéter les Nations Unies.

Cependant, malgré ce pas franchi en matière de diminution des cas d’assassinat ciblés à caractère politique, Simonivic a fait savoir que seuls huit cas ont été enquêtés d’une façon complète, tandis que les autres restent pendants.

Tout en regrettant cette situation, il a souligné que le ministre de la justice et le secrétaire permanent au ministère de la sécurité publique ont promis que des mesures et des efforts plus ou moins particuliers sont en cours d’être déployés pour traquer les auteurs des assassinats ciblés et de les traduire devant la justice.

S’adressant à ceux qui croient que certains crimes contre l’humanité, les crimes de génocide et crimes de guerre, peuvent passer inaperçues, Simonovic a martelé que ces crimes sont inamnistiables, appelant les acteurs politiques burundais à le comprendre comme ça.

D’où l’intérêt de mettre en place des mécanismes de justice transitionnelle pour enquêter sur tous ces cas, a-t-il souligné.

En ce qui est des crimes commis au Burundi, ces derniers jours, notamment la mort des 37 civils à Gatumba, dans une attaque dans un bistrot, l’Onu fait savoir que seul le Gouvernement devrait s’engager dans le traçage des coupables et de les traduire devant la justice, tout en se souvent que personne n’est au-dessus de la loi.

Le sous secrétaire des Nations Unies pour les droits de l’homme était en visite de 72 heures au Burundi depuis ce lundi. Au cours de cette visite de travail, Simonovic a successivement rencontré les ministres de la justice, des droits de l’homme, des cadres de sécurité, une quarantaine d’organisations de la société civile et surtout le président de la commission Nationale indépendante des Droits de l’homme (CNIDH).

Malgré cette interdiction, le rapport est déjà publié sur le site de cette organisation, hrw.org.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

575 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana



a

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura



a

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes



a

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien



a

Muyinga : Les juges restent au service des justiciables pendant les vacances judiciaires



a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un



a

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes



a

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines



a

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous





Les plus populaires
Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana ,(popularité : 30 %)

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous ,(popularité : 3 %)

Le TGI Muha prononce les peines contre les présumés coupables de la tentative d’assassinat du Lieutenant-Général Prime Niyongabo,(popularité : 3 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 3 %)

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes,(popularité : 3 %)

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien ,(popularité : 3 %)

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un,(popularité : 3 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 2 %)

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 2 %)