Revue de presse, 5 janvier 2019




Par: Isanganiro , lundi 7 janvier 2019  à 07 : 42 : 11
a

Un Burundi apaisé accueillera tous ses enfants dispersés. C’est ici le souhait de l’hebdomadaire Iwacu dans un éditorial. L’an 2018 vient de fermer ses portes… Une année nouvelle s’ouvre. Chaque année est unique, mais toutes les années se ressemblent en ce qu’elles sont toutes marquées par des hauts et des bas, des événements heureux et malheureux. Ainsi va la vie, soutient-il.

Les pensées de ce journal se tournent à ses lecteurs, aux collègues se trouvant au pays, et à ceux qui ont été contraints de vivre hors de leur patrie. Notre souhait le plus ardent est que tous les journalistes, filles et fils de ce pays retrouvent un jour leur mère-patrie, pour participer à son édification. Les Burundais ont salué l’appel lancé par le Chef de l’Etat aux exilés, dans son discours de vœux à la Nation, à regagner le bercail et sa réaffirmation de ne pas briguer un autre mandat présidentiel au cours d’une émission publique le 28 décembre 2018. Nous restons convaincus qu’un Burundi apaisé accueillera tous ses enfants dispersés. L’éditorialiste veut aussi rester optimiste et croire que cette année préélectorale sortira les politiques burundais de leurs « ghettos » pour trouver une voie de sortie à la crise.

Le journal iwacu est également revenu sur la confession de la Première dame ; lors de la croisade organisée du 26 au 31 décembre par la famille présidentielle dans la commune Mwumba en province de Ngozi. Elle a notamment partagé des « révélations » sur la manière dont la chose publique est gérée, et a prié pour le Burundi.

Seigneur, nous te confions tous nos péchés. C’est une évidence, des gens sont morts dans notre pays, tués par leurs proches à cause de la jalousie, de la haine. Dieu du ciel, à cause de différents règlements de comptes, le sang a été versé. C’est ce matin que j’ai lu un passage qui dit que le sang versé sera vengé par l’effusion du sang. Celui qui verse le sang d’autrui, le sien sera aussi versé. J’ai été ébahie que tu me donnes cette parole. Tu as repris pour la deuxième fois. Le sang versé est vengé par le versement de sang. Celui qui verse le sang d’autrui, le sien sera aussi versé, tu m’as montré des noms des gens, j’ai été étonnée, je me suis retrouvée en train d’écrire ces noms, en reprenant ces noms, en les reprenant encore et encore. Dieu éternel, ils sont nombreux ceux qui ont versé du sang. Au nom de Jésus, nous nous prosternons devant toi, en demandant pardon.

Certains politiciens ont réagi par rapport à cette prière de la première dame ; c’est le cas d’Agathon Rwasa, le leader de la coalition amizero y’abarundi qui dit : c’est ce que nous dénonçons souvent. Léonce Ngendakumana du frodebu estime de son côté qu’il faut encourager la Première Dame ; et pour sa part, Keffa Nibizi du frodebu nyakuri trouve que c’est une prière adressée à Dieu, et pas aux politiciens.
L’agence burundaise de presse écrit pour sa part sur les mots du numéro un burundais Pierre Nkurunziza ; à l’occasion de la même croisade qui a eu lieu à Ngozi. Dieu récompense toute activité humaine accomplie en son nom.

Selon le président Nkurunziza, le Burundi et les burundais vont bientôt être récompensés par le Tout Puissant, et une paix durable règnera sur tout le pays. Dieu dit dans l’Apocalypse qu’il revient bientôt pour récompenser chacun selon ce qu’il a fait. Heureux sont ceux qui ont lavé leurs linges car après son retour, il y aura des méchants de toutes sortes. Le chef de l’Etat burundais a révélé, selon toujours l’abp, que ceux qui ont creusé es tombes pour le Burundi et planifié de mauvaises choses vont être bientôt frappés par la main puissante de Dieu.

Le magazine socio-économique Burundi Eco présente les grands titres qui ont marqué l’année dernière. Il revient notamment sur l’élaboration du Plan National de Développement avec comme objectif global de transformer structurellement l’économie burundaise pour une croissance forte, durable, résiliente, inclusive, créatrice d’emplois décents pour tous, et induisant l’amélioration du bien-être social.

L’autre sujet c’est la tenue pour la première fois au Burundi des états généraux de l’assurance afin de sensibiliser les pouvoirs publics et le public sur le rôle des assurances dans le développement du pays. Le secteur minier a été frappé par une mesure prise par le Conseil.

National de Sécurité de suspendre toutes les activités d’exploitation et d’exportation des minerais. Dans le secteur de l’environnement, c’est l’interdiction de l’utilisation des sachets et des emballages en plastique qui a constitué une première pour les amis de la nature.

Retour au journal iwacu qui met en hausse cette semaine l’arbitre burundais Claude Birumushahu, pour avoir été nommé instructeur des arbitres internationaux. Et ce après 14 ans comme arbitre international. En baisse se trouve Liévin Akimana de Namande, en commune Rusaka, Pour avoir tué deux personnes, d’une même famille.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

36 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message