Le secteur de l’éducation "en ruine" !




Par: Isanganiro , vendredi 18 janvier 2019  à 10 : 54 : 56
a

Le rapport de la commission chargée de l’éducation à la chambre basse du parlement révèle que le secteur de l’éducation fait face à pas mal de défis. Parmi ces défis,la députée Gloriose Nimenya présidente de cette commission évoque le manque de matériel scolaire et d’enseignants qualifiés ainsi que chiffres pléthoriques dans les classes. Le ministre Janvière Ndirahisha ayant l’éducation dans ses attributions qui était ce jeudi à l’Assemblée Nationale pour répondre aux questions orales des élus du peuple, explique que la question des chiffres élevés dans les classes dépasse son ministère .

Ces écoles qui connaissent des classes à chiffres élevés d’élèves sont entre autres l’Ecole Fondamentale de Mirango I de la zone urbaine de Kamenge et l’Ecole Fondamentale Mugara II de la province Rumonge.La députée Gloriose Nimenya présidente de la commission chargée de l’éducation à l’Assemblée Nationale soulève la question relative au manque du matériel scolaire et d’enseignants qualifiés."Des classes pléthoriques jusqu’à même s’assoir au sol à Mirango I et à Mugara II en province Rumonge où les élèves s’asseyent sur des pierres. Autre constat c’est l’insuffisance des enseignants :les enseignants pensionnés ; morts, en exil ou confiés d’autres fonctions n’ont pas été remplacés. Autre défi c’est le manque de matériel scolaire, l’exemple est de l’Ecole Fondamentale Mukungu I en commune Nyanza Lac où 60 élèves partagent un livre et un fichier du maitre pour deux classes", lâche la députée Nimenya.

A côté de la députée Nimenya ; certains élus du peuple trouve que le fait que les écoliers s’assoient par terre en classe constitue une honte pour le pays et propose que les pupitres proviennent des 500 millions attribuées au communes.

Sur toutes ces questions, la ministre Janviere Ndirahisha n’y va pas par quatre chemins : il s’agit de l’insuffisance du budget annuel de fonctionnement alloué à ce secteur, pas de fonds prévus pour la construction sauf les frais de réhabilitation, répond -elle ."Dans le budget annuel que le gouvernement donne au ministère de l’éducation, il n’y pas de frais de construction sauf quelques frais de réhabilitation. Même les 117 écoles construites sont l’œuvre de l’UNICEF.Autre chose que je voudrais rappeler est que le ministère de l’éducation recrute compte tenu des capacités du gouvernement.Tenez compte de l’insuffisance d’enseignants quand viendra à l’Assemblée Nationale l’analyse de la loi budgétaire", réplique la ministre Ndirahisha.

Comme souhaité par certains députés comme Agathon Rwasa 1er Vice-Président de l’Assemblée Nationale que soient organisés des Etats Généraux sur l’Education, la ministre Ndirahisha rassure que ces assises sont en cours de préparation.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

351 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours ,(popularité : 32 %)

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 12 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 7 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 6 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 6 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 6 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 6 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 6 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 6 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 6 %)