Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs


Environ 8ha de palmiers à huile se sont déjà asséchés suite à la déviation de la Dama qui a envahi ces palmeraies. Les palmiculteurs demandent que cette rivière soit ramenée dans son lit initial. Au niveau de l’Office de l’Huile de Palme, l’on indique que cela exige la mobilisation de plusieurs partenaires.



Par: Isanganiro , jeudi 24 janvier 2019  à 16 : 14 : 40
a

Après plus d’une année que les palmeraies sont envahies par les eaux de la rivière Dama, déviée de son lit initial dans sa zone d’embouchure. Ces palmiers s’assèchent. Festus Ciza alias Kigazi représentant l’association pour la promotion des palmiculteurs de Burundi dit que c’est une grande perte pour ceux qui vivent de cette culture et même celle du riz et demande que cette rivière soit ramenée dans son lit initial avant que d’autres palmeraies ne soient attentes.

Ir Augustin Kabaragasa, Directeur Général de l’office de l’huile de palme place le déboisement des collines du bassin versant de la Dama, le non respect des rives par les cultivateurs et les miniers à l’actif de cette déviation. Même si le palmier a besoin d’une quantité importante d’eau pour sa croissance, ingénieure Augustin Kabaragasa explique que l’excès d’eau finit par tuer le palmier.

« Lorsque il y a encore plus la déviation de la rivière, l’eau devient plus abondante et il ya stagnation de l’eau dans cet endroit. Etant donné que le sol n’est pas bien aéré, que le sol n’est pas compacté, vous allez comprendre que les racines des palmiers ne parviennent pas à avoir de l air dans le sol, sait que le palmier devient mort suite aux manque de l’air, donc vous voyez que c est un problème très sérieux », dit Ir Kabaragasa.

Selon le directeur général de l’OHAP, les techniciens de cet office dépêchés sur terrain ont déclaré urgent le curage de cette rivière pour la ramener dans son lit initial avec des moyens financiers qui nécessiteraient la mobilisation de tous intervenants dans ce secteur. Entretemps Augustin Kabaragasa trouve que l’administration, les protecteurs de l’environnement, ceux qui ouvrent dans le secteur du palmiers et les agriculteurs devraient tout faire pour protéger les rives et les bassins versant de la DAMA et les autres rivières traversant les palmerais de l’Imbo .




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

74 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 44 %)

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi ,(popularité : 16 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 13 %)

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir",(popularité : 9 %)

EAC : Les procédures douanières et transitaires doivent être professionnalisées,(popularité : 9 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 8 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 7 %)

Kahawatu, un autre partenaire du secteur café ,(popularité : 7 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 7 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 6 %)