Burundi : Un conducteur de vélo abattu par balle aux yeux des passants


Un conducteur de Vélo communément appelé Taxi vélo a trouvé la mort ce mardi sur l’avenue Muyinga en mairie de Bujumbura. Selon les sources, la victime a reçu la balle au dos de la part d’un agent de police.



Par: Isanganiro , mercredi 6 février 2019  à 16 : 47 : 17
a

La victime s’appelle Ndayishimiye Jonas. Il est né sur la colline Rubamvye en commune et province Gitega. Il a été tué fusillé ce mardi sur l’avenue Muyinga vers 13heures et demi après avoir reçu la balle d’un policier. Selon les sources sur place, le forfait a été commis tout près du bureau administratif de la zone urbaine de Rohero en commune Mukaza.

Emporté par la colère, les conducteurs de vélo qui se trouvaient devant le corps de leur collègue, taché de sang au dos, allongé sur la route Muyinga pendant les heures de pointe, regrettent que des fois, leur circulation dans la voierie urbaine est menacée par les agents de la police. « Nous vivons de notre propre force. Qu’ils nous laissent travailler ou nous montrent là ou aller », se lamentent-ils.

Un meurtre justifié par la légitime défense, selon le ministère de la sécurité publique

Dans une conférence de presse ce mercredi, le porte- parole du ministère de la sécurité et gestion des catastrophes a indiqué que Ndayishimiye a été touché par une balle tirée par mégarde par le policier par légitime défense. « Un groupe de trois policiers avait été envoyé en mission de contrôler des conducteurs de vélos qui franchissent les zones urbaines interdites. Après avoir saisi le premier vélo, le propriétaire a alerté un groupe de ses collègues qui a sauté sur le policier dans le but de l’arracher son fusil », a expliqué Pierre Nkurikiye.

Alors que certains des conducteurs accusent ces agents policiers de les rançonner sur les avenues de la Mission, Mosso et Muyinga, le porte-parole rejette toute information faisant état de corruption à base des querelles entre conducteurs et policiers.

Toutefois, Pierre Nkurikiye affirme que certains des conducteurs sur place qualifiés de « membres de ce mouvement insurrectionnel » ont été arrêtés en même temps que le policier qui détenait l’arme en question. « Des enquêtes sur ce dossier vont poursuivre et le dossier sera transmis au parquet puis à la justice », a-t-il précisé

La famille éprouvée nécessite une indemnisation selon la SOTAVEBU

L’association des transporteurs à vélo "SOTAVEBU" condamne l’assassinat de l’un de ses membres. Emmanuel Nimbona, représentant légal de SOTAVEBU demande d’un coté aux usagers des taxis vélo de ne pas violer les itinéraires qui leur ont été fixés par le Commissariat Municipal de police en Mairie de Bujumbura, et de l’autre coté une sanction sévère à l’endroit du policier présumé auteur de cet assassinat. Emmanuel Nimbona demande également au ministère de la sécurité publique d’indemniser la famille éprouvée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

402 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message