L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’


Le Médiateur burundais demande aux services de l’Urbanisme de ne pas attribuer des parcelles appartenant à des individus pour limiter des conflits. Il l’a dit ce vendredi lorsqu’une famille de la colline Rukaramu en commune Mutimbuzi de la province Bujumbura était a fait un sit au bureau de l’ombudsman. Elle réclame la libération de 10 membres de leur membre famille incarcérée depuis ce jeudi suite au conflit qui les oppose avec certaines personnalités. Ces dernières sont accusées d’avoir ‘’spolié’’ une parcelle appartenant à cette famille.



Par: Isanganiro , vendredi 15 février 2019  à 16 : 06 : 12
a

Plus de 50 personnes d’une même famille ont indiqué à la presse qu’elles étaient venues plaider à l’Ombudsman burundais afin qu’elles puissent les aider pour que leur propriété « spoliée » au grand jour leur soit restituée. Ces personnes demandent également que 10 personnes de cette famille arrêtées ce jeudi suite à ce conflit foncier soient libérées. « Que les membres de notre famille soient libérés. Ils sont innocents. Sur le dossier certaines de autorités, il est mentionné qu’elles ont l’autorisation de bâtir en zone urbaine de Ngagara alors que notre propriété se trouve à Rukaramu », insistent-ils.

L’ombudsman burundais tranquillise cette famille de Rukaramu que les leurs seront libérés bientôt et qu’il va prendre en main leur doléance. Edouard Nduwimana demande à ces personnes lésées de ne plus utiliser la force dans cette affaire. « Maintenant le problème est que parmi les membres de cette famille il y a ceux qui ont été arrêtés et incarcérés .Ils sont venus ici pour réclamer leur libération. Nous avons contacté les services compétant à savoir le procureur général de la République. Nous sommes persuadé qu’ils seront relâchés d’ici peu », a dit Ombudsman burundais.

Il a fait également un clin d’œil à ceux-là qui sont entrain de bâtir dans cette propriété litigieuse. « Qu’ils arrêtent à ériger illégalement des maisons dans ces endroits. Nous avons appris que les constructions se déroulent pendant la nuit sous la surveillance des policiers. Quand quelqu’un a le droit de propriété il ne devrait pas construire pendant la nuit. C’est une des preuves qui montre que ce terrain est litigieux » a-t-il recommandé.

Et ce qui est des dossiers des populations de Buterere et Gasenyi, l’Ombudsman burundais Edouard Nduwimana tranquillise qu’ils sont en cours d’analyse.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

136 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC





Les plus populaires
Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 11 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 10 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 10 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 9 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 9 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 9 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 8 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 8 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 8 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 8 %)