L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi




Par: Isanganiro , lundi 4 mars 2019  à 17 : 35 : 43
a

Selon son communiqué, cet office du Haut-commissariat affirme avoir reçu une lettre en date du 5 décembre 2018 du gouvernement du Burundi demandant sa fermeture justifiant que "le Burundi a déjà fait de progrès suffisants dans le domaine des droits de l’homme en mettant en place des mécanismes nationaux de sauvegarde et de réalisations des droits de l’homme" . Cette fermeture, poursuit le communiqué, est devenue effective en date du 28 février après avoir engagé des discussions avec le gouvernement sur les modalités pratiques.
Au cours de ses 23 ans au Burundi depuis 1995, cet office se réjouit du travail accompli au Burundi dans le cadre de ses missions comme la surveillance et la documentation des violations des droits de l’homme, la fourniture des informations au gouvernement sur la situation des droits de l’homme, les recommandations de mesures correctes et l’établissement des rapports à l’attention des organes compétents des Nations Unies.
Selon le même communiqué, l’Equipe pays des Nations Unies regrette que la fermeture de ses portes au Burundi soit une perte d’un membre de taille. « L’absence de l’Office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme aura certes un impact sur les interventions du Système des Nations Unies et surtout pour le peuple burundais », déplore cette organisation onusienne.
Ce système des Nations Unies au Burundi demande au Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’Homme à poursuivre les tractations en vue d’une autre forme de coopération mutuelle et bénéfique.
En 2016 que le gouvernement burundais a pris la décision de suspendre la coopération avec l’Office du Haut- Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

135 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC





Les plus populaires
Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré,(popularité : 13 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 9 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 8 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 7 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 7 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 6 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 6 %)

Muyinga/Un containeur sert de cachot clandestin à Gasorwe,(popularité : 6 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 5 %)

Burundi-Médias : Que risque la RFI ? ,(popularité : 5 %)