Karusi : le lait de vache versé par manque de marchés


Certains des éleveurs de la province Karusi déplorent qu’une partie de la production du lait est versée par terre suite au manque de débouchés. Le président de l’association des éleveurs et l’opérateur partenaire de proximité chargé de la valorisation des produits agricoles et vétérinaires rassurent ces élèves que tout le matériel nécessaire pour la transformation de cette production est sur place.



Par: Isanganiro , mardi 2 avril 2019  à 17 : 45 : 24
a

Ces éleveurs regrettent que des fois, ils sont obligés de verser par terre le lait suite au manque de débouchés. Gaspard nshimirimana, un éleveur de la commune Buhinyuza témoigne que sa vache lui donne entre huit et douze litres de lait par jour alors que sa famille est capable d’en consommer au maximum deux et que le reste de sa production journalière est, soit distribuée gratuitement aux voisins ou soit , versé par terre.

Toutefois, les éleveurs regrettent qu’un centre de collecte du lait érigé dans la commune Buhiga, il y a une année, n’est pas fonctionnelle à leur satisfaction.

Pacifique shirambere, président d’une association des éleveurs, une entité détentrice d’une comparative appelle « Icera mu cakunze », tranquillise. « Le matériel nécessaire à la collecte et à la transformation de ce lait est déjà sur place y compris un personnel formé », rassure nshirambere.

Même son de cloche du côté d’un opérateur partenaire de proximité pour la valorisation des produits agricoleset veterinaires des projets FIDA. Félicien Banyiyezako précise que des activités de collecte et de transformation du lait vont bientôt commencer. « Nous avons signé un contrat avec une entreprise qui vend du lait dit « NATURA » pour la fourniture du lait dont la quantité de production pourra tourner autour de trois milles litres par jour », souligne Banyiyezako.

Selon les responsables vétérinaires, la province karusi compte plus de vingt-huit milles vaches qui sont capable de générer une production du lait de plus de cinq milles litres par jour.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

101 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes



a

Une semaine aux responsables de la Regideso pour "rectifier le tir"



a

Le Lac Tanganyika , une voie de transport moins exploitée au Burundi



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques





Les plus populaires
Le cœur de Bujumbura souffre de "nids de poules" dans les routes ,(popularité : 13 %)

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation,(popularité : 5 %)

Nickel de Musongati : le gouvernement sort de son silence ,(popularité : 5 %)

Rutana : Les cultivateurs de canne à sucre demandent l’augmentation du prix d’une tonne,(popularité : 5 %)

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau,(popularité : 5 %)

L’usine de fabrication de la boisson Gubwaneza, fermée ,(popularité : 5 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 4 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 4 %)

Barrage Jiji-Murembwe : La BAD accorde 22 millions de dollars,(popularité : 4 %)

Le Burundi gifle 53 importateurs de carburant,(popularité : 4 %)