Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système


Les enseignants en cours de formation sur l’évaluation des compétences selon la pédagogie d’intégration regrettent que le temps imparti à ces formations reste insuffisant. Ils indiquent qu’il est difficile de s’approprier la nouvelle méthodologie en deux jours.



Par: Isanganiro , vendredi 26 avril 2019  à 13 : 17 : 58
a

Au terme de deux journées pédagogiques autour de la thématique de l’évaluation des compétences selon la pédagogie de l’intégration, nouvelle approche dans le système d’enseignement, des enseignants du post fondamental soulèvent encore des défis quant à la réussite de la nouvelle pédagogie.

Agathe Minani est, formatrice dresse les problèmes soulevés lors des deux jours de formation. Selon elle, les classes sont pléthoriques et par endroit des enseignants ont du mal à évaluer objectivement, le faible niveau en français, langue d’enseignement et le fait que des enseignants dispensent des cours de domaines variés est un autre handicap, ajoute-t-elle.

Tous les établissements préparent les élèves à la réussite de l’examen État édition 2919 , le premier du nouveau système , exception faite des écoles pilotes où l’on est à la quatrième année d’expérimentation du nouveau système.
La connaissance théorique est évaluée de même que les compétences appliquées à la vie pratique. Valentin Kajabwami, directeur du Lycée Rugari, école pilote, annonce que petit à petit les enseignants se sont adaptés au nouveau système mettant à profit les formations permanentes en la matière. A la première année d’expérimentation de cet enseignement, on doutait quant à son efficacité, aujourd’hui on a déjà le fruit. Nos enfants ont réussi à l’examen d’État, signale-t-il.

Des enseignants jugent que le temps qui était imparti aux formations est insuffisant pour s’approprier la nouvelle méthodologie et le contenu des nouvelles disciplines. Laurence Rusuku, conseiller au ministère de l’éducation invite surtout les enseignants à mettre en application les acquis des recyclages organisés depuis trois ans.

Du 22 au 28 avril,dans 119 communes du pays, environ quinze mille enseignants suivent une formation sur la thématique de l’évaluation des compétences. Le recyclage est organisé par le ministère de l’éducation avec l’appui de l’agence belge de coopération ENABEL à travers un projet d’appui aux organisations par le renforcement des compétences des ressources humaines PAORC, une action réalisée dans le cadre de soutien de la Belgique à la population burundaise, peut-on lire dans un communiqué de presse de la part de Enabel.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

49 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours ,(popularité : 57 %)

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 39 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 22 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 21 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 19 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 18 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 18 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 18 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 18 %)

Bubanza : Manque criant de matelas aux écoles à régime d’internat,(popularité : 18 %)