Rumonge : le lycée Dama dans le viseur du ministère de tutelle


Cette école privée de la ville de Rumonge risque d’être frappée de sanctions par le ministère pour son dysfonctionnement dont l’absence d’un directeur pour assurer la gestion quotidienne.



Par: Isanganiro , jeudi 30 mai 2019  à 18 : 26 : 03
a

C’est le constat de Juma Edouard, porte-parole du ministère de l’Éducation, de la formation technique et professionnelle, en visite dans la province.

Depuis fin 2015, le représentant légal de cette école a fui le pays et aucun directeur n’a été désigné pour assurer les affaires courantes. Une situation qui embarrasse ce représentant du ministère.

« Il s’agit là des interlocuteurs incontournables qui peuvent discuter avec le ministère de tutelle afin de trouver solutions aux problèmes qui minent cette école dont le manque d’infrastructures adéquates », mentionne-t-il.

L’absence des autorités compétentes explique en partie le retard dans la vérification de la régularité des diplômes des finalistes. Une question qui a trouvé solution, selon Juma Edouard.

Pascal Nkurunziza, directeur à d’intérim de cette école, trouve que l’absence du représentant légal ne peut nullement empêcher l’école de fonctionner. Il explique que l’école est l’initiative d’une association et celle-ci est toujours en activité. Dans le cas échéant, poursuit ce directeur, le ministère devrait agir pour que les élèves ne soient pas victimes de cette situation.

Au niveau du ministère, l’avenir de cette école est incertain. Le porte-parole du ministère de l’Education demande que la question de la représentation soit résolue. À deux reprises, les finalistes à cette école l’année scolaire écoulée ont assiégé la direction pour réclamer leurs diplômes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

94 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours ,(popularité : 59 %)

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 37 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 22 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 21 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 20 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 18 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 18 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 17 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 17 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 17 %)