Rumonge : Un journaliste de la Bonesha FM menacé par des inconnus




Par: Désiré Nimubona , jeudi 10 mai 2012  à 18 : 01 : 56
a

Le correspondant de la radio Bonesha FM en commune de Rumonge de la province Bururi dénonce des menaces de mort contre lui depuis un certain temps après que sa radio ait publié des informations faisant étant d’exécutions extrajudiciaires dans cette commune.

Selon Alexis Nibasumba, depuis qu’il a enquêté sur un cas d’exécution extrajudiciaire qui a eu lieu dans la commune de Rumonge pendant la nuit du 26 janvier 2012, quand une personne a été arrêtée par la police à 17h dans cette ville, puis retrouvée morte ligotée, une heure plus tard, il dit n’avoir pas cessé d’avoir des menaces, soit par téléphone, soit par des rumeurs qui sont véhiculées par ces mêmes personnes.

Selon Nibasumba, le cas le plus récent est un message téléphonique reçu vers 23H 12 minutes à la veille du procès d’Hassan Ruvakuki, un autre journaliste de la Radio Bonesha FM en prison depuis un certain temps, message qui l’intime l’ordre de ne rien dire sur le parti présidentiel, le CNDD-FDD, s’il veut vivre.

Ce correspondant de la radio Bonesha FM souligne également que depuis le mois de mars, après la publication par son média, d’un reportage faisant étant d’un cas de torture d’un soldat malade par des agents communaux à Rumonge, puis par l’administrateur lui-même, les choses se sont empirées et souligne avoir reçu même des émissaires de l’administrateur, lui interdisant de ne plus parler de cette autorité.

Alexis Nibasumba souligne cependant que ce ne sont pas ces intimidations qui l’empêcheront de travailler et de couvrir les événements en rapport avec la promotion les droits de l’homme.

« Je suis très déterminé à contribuer à la promotion des droits de l’homme au Burundi, » souligne-t-il.

Ces menaces se font parler après plusieurs mois que son confrère Hassan Ruvakuki, lui aussi journaliste de la même radio et correspondant de RFI, vient de passer en prison, accusé de collaborer avec les groupes terroristes. Il a été arrêté le 28 novembre 2011.

Au début de cette semaine, la justice burundaise a requis une peine allant jusqu’à son emprisonnement à vie, chose fastigiée par le syndicat des journalistes et les organisations de défense des droits de l’homme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

550 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Suspension en cascade de certains médias par le CNC au Burundi



a

Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana



a

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura



a

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes



a

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien



a

Muyinga : Les juges restent au service des justiciables pendant les vacances judiciaires



a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un



a

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes



a

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines





Les plus populaires
La vérité sur plus de 400 personnes massacrées à Kivyuka en 1996 reste mystérieuse,(popularité : 5 %)

Le parquet général de la république demande l’extradition de 4 journalistes burundais,(popularité : 5 %)

Pourquoi est-il sous les verrous ?,(popularité : 3 %)

Le président a été acquitté:La CVR risque d’accoucher d’une souris ,(popularité : 3 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 3 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 3 %)

Carnage de Gatumba : le jugement tombe « à huis clos »,(popularité : 3 %)

Les avocats rejettent les agents de la documentation comme témoins dans l’affaire Gatumba,(popularité : 3 %)

Affaire Ruvakuki : Les avocats condamnent le transfert de leur client de Ruyigi vers Muramvya,(popularité : 3 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 3 %)