Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger


Les députés de la chambre basse du Parlement lancent un appel au gouvernement de signer les accords avec les pays étrangers. Ces accords permettront l’embauche portant sur l’embauche des jeunes diplômés burundais dans ces pays.



Par: Isanganiro , lundi 10 juin 2019  à 18 : 26 : 52
a

Il s’agit des points de vue de certains députés au cours de la session parlementaire de ce jeudi dernier 8 juin. Trois ministres dont le ministre de l’Intérieur, répondaient aux questions orales des députés à propos de la démographie et ses conséquences.

Pour ces derniers, le chômage occasionné par une démographie galopante, doit trouver une solution, après avoir déploré le sous-emploi des jeunes qui terminent leurs études.

« On voit certains partir clandestinement dans les pays étrangers. Il y a ceux qui arrivent à destination sans problème. Il y a ceux qui vont en Zambie et en Afrique du Sud. Certains meurent à mi-chemin. S’ajoutent ceux qui vont clandestinement en Arabie Saoudite, mais qui sont malmenés. » Fait-elle savoir, la députée Gloriose Nimenya au ministre de l’Intérieur, Pascal Barandagiye.

Cette députée demande au ministre Barandagiye de trouver un cadre légal initié par le gouvernement pour faciliter les jeunes burundais à aller travailler à l’étranger.

Le ministre de l’Intérieur explique que le Gouvernement a pris la décision de suspendre le mouvement de départ des jeunes vers les pays voisins, en attendant qu’il y ait de réglementation.

Il souhaite que cette question soit suivie de près par le ministre des Relations extérieures. Ces députés indiquent posséder des informations que des pays de la sous-région ont déjà singé des conventions avec les pays étrangers ce qui facilitent leurs ressortissants à y travailler.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

94 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »



a

Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours



a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme





Les plus populaires
Bujumbura : Une partie de Ngagara appelle au secours ,(popularité : 57 %)

Burundi : Les commerçants de Buterere réclament « un marché public »,(popularité : 39 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 22 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 21 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 19 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 18 %)

Pose de la première pierre du bâtiment de la présidence par le numéro un burundais,(popularité : 18 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 18 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 18 %)

Bubanza : Manque criant de matelas aux écoles à régime d’internat,(popularité : 18 %)