18 albinos tués il y a une dizaine de jours sa famille réclame que justice soit rendue




Par: Marc Niyonkuru, , mercredi 16 mai 2012  à 18 : 20 : 12
a

« Je les couperais en morceau comme ils ont fait aussi pour ma fille ainée si une fois je les voyais, » ce sont là les propos de la mère d’une fille albinos enlevée dans la maison de son père il y a plus d’une semaine en commune de Kabezi dans la province de Bujumbura rural par des personnes inconnues jusqu’à présent.

Pour le moment sa famille se trouve dans la désolation totale suite à cette mort non moins tragique. Les criminels ont empiété certaines des parties du corps de la victime comme les jambes et les bras avant de prendre par la suite le large.

Mais la principale préoccupation de la famille reste la justice dans ce dossier. La seule piste possible pour le moment est la carte d’identité que l’un des auteurs du crime de la fille a laissé sur les lieux. La famille indique, la mort dans l’âme qu’aucune piste ne profile pour le moment à l’horizon.

Le père de celle-ci a indiqué avec beaucoup d’émotions que cette fille, Chantal Ngendakumana, était extrêmement utile pour la famille notamment dans les activités champêtres.

Le père de Chantal, qui était âgée d’une quinzaine d’année et que l’entourage qualifiée « de proie » de son vivant, vivait dans une insécurité permanente depuis le début de la chasse au albinos au Burundi.

La mort de cette fille porte à 18 le nombre d’albinos tués au Burundi. Certains des auteurs présumés dans ces infractions se sont évadés de la prison. Le représentant de l’association pour la production des albinos au Burundi, Albinos sans frontières parle d’un silencieux génocide des albinos.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

388 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana



a

Burundi : L’extraction des matériaux de construction ronge les rivières de Bujumbura



a

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes



a

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien



a

Muyinga : Les juges restent au service des justiciables pendant les vacances judiciaires



a

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi



a

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un



a

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes



a

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines



a

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous





Les plus populaires
Rentrée judicaire : Les justiciables dans le viseur de la ministre Kanyana ,(popularité : 30 %)

Université du Burundi : Deux étudiants sont sous les verrous ,(popularité : 3 %)

Le TGI Muha prononce les peines contre les présumés coupables de la tentative d’assassinat du Lieutenant-Général Prime Niyongabo,(popularité : 3 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 3 %)

Burundi : Makamba sur la liste des provinces hébergeant des fosses communes,(popularité : 3 %)

Burundi : La Commission National International de Droit de l’Homme qualifie de partial le rapport onusien ,(popularité : 3 %)

Muyinga : Des survivantes du trafic d’êtres humains témoignent de leurs vies aux pays arabes,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Les refoulés de Gasenyi reviennent un en un,(popularité : 3 %)

Patrice Mazoya libre, L’APRODH scandalisée ,(popularité : 2 %)

L’observatoire national de lutte contre le génocide et autres crimes, bientôt en place au Burundi ,(popularité : 2 %)