18ème albinos tuée, les organisations privées se lèvent pour dire assez !




Par: , vendredi 18 mai 2012  à 17 : 20 : 00
a

Interpellés par la volonté de dire plus jamais cette barbarie, partager la douleur, témoigner notre soutien et plaider pour que Justice soit faite en faveur de Ngendakumana Chantal, c’est l’objet de notre présence dans votre famille, a précisé Emmanuel Ndamwumvaneza, président de Rotary Club Bujumbura Ingoma.

Paniers sur la tête, les caisses de boisson à la main comme le veut la tradition burundaise, une délégation de cet organisation s’est jointe à la famille qui vient de perdre une jeune fille albinos atrocement massacrée par des individus non encore connus qui ont emporté quelques membres de son corps.

La famille avec quelques voisins ont accueilli avec un sentiment de réconfort cette visite tout en laissant lire sur leurs visages un chagrin causé par ce massacre. Les membres de rotary Club ont d’abord déposé les fleurs sur la tombe de cette fille à 5 mètres de la maison.

Rotary Club estime que tout le monde et les pouvoirs public en particulier devraient considérer le massacre des albinos comme une honte pour le pays tout entier.

Emmanuel NDamwumvaneza a déclaré que son organisation va prêter main forte à l’Association Albinos sans frontières pour un dossier judiciaire. Au cas où les juridictions burundaises s’obstinent à faire aboutir ce dossier, Rotary Club saisira d’autres juridictions compétentes où qu’elles soient car ce crime n’est autre qu’un crime contre l’humanité, estime Emmanuel Ndamwumvaneza.

Gabriel Kaburundi le frère de la victime tout comme le représentant de l’Association Albinos sans frontière ont salué les efforts fournis par les organisations privées dans la défense des droits des albinos.

JPEG - 104.5 ko
Emmanuel Ndamwumvaneza (à droite), président de Rotary Club Bujumbura Ingoma,
avec la famille éprouvée (Photo : Guy Nasasagare/R.I)

Gabriel a indiqué qu’il est grand temps de pendre au sérieux les massacres liés à l’obscurantisme.

Ce ne sont plus les Albinos seulement qui sont visés à Kabezi, les garçons célibataires, les maris qui n’ont pas pu donner une deuxième naissances sont également des cibles potentielles de ces massacres, a averti Gabriel sur un ton de désolation.

Depuis cette assassinat aucune autorité administrative n’est sorti de son silence, à l’exception des porte-paroles de la police et de la cour suprême qui ont affirmé que les enquêtes sont sur les bonnes pistes pour traquer les auteurs de ce massacre.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

483 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article


Dans la même rubrique
a

Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats



a

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge



a

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés



a

SOS : La vie de James en danger



a

La brigade spéciale anti-corruption veut commencer par les jeunes pour éradiquer la corruption



a

Burundi : Les études universitaires publiques à crédit



a

Les déplacés de Gitaza et Cashi installés à Mayengo



a

Santé : Manque de devises, pas de médicaments



a

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt



a

Education : Des portes d’entrée grandement ouvertes aux mastères





Les plus populaires
Bururi : Les enseignants du STEB obligés cotisent pour d’autres syndicats,(popularité : 66 %)

La Société civile réclame la libération de Faustin Ndikumana et la transparence dans les recrutements ,(popularité : 9 %)

SOS : La vie de James en danger,(popularité : 7 %)

Prêt -bourse pour les étudiants, une des solutions pour l’enseignement supérieur ,(popularité : 3 %)

Education : Des cours non ou mal enseignés au 3ème trimestre à Rumonge,(popularité : 3 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 3 %)

Rumonge : L’ACPDH aux côtés des rapatriés et vulnérables du site Gahore,(popularité : 3 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 3 %)

L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 3 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 3 %)