Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 10 juin 2012  à 12 : 57 : 55
a

73 personnes seront investies Bashingantahe au cours de cet été dans la mairie de Bujumbura selon du moins un document dont la radio Isanganiro s’est procuré une copie ce samedi 10 juin 2012. 16 d’entre eux ont prononcé leur serment d’investiture ce même samedi dans la commune de Musaga.

Les personnes investies Bashingantahe se chargent en effet de résoudre les litiges de manière impartiale et en mettant en avant la cohésion nationale entre les citoyens.

Non moins riche d’enseignement est le contenu de ce serment. Les Bashingantahe s’engagent à être des portes paroles de l’honneur et de la dignité dans leurs familles respectives à travers leurs actes.

Ils s’engagent à éduquer leurs enfants selon les valeurs de l’institution d’Ubushingantahe. Ils se décident aussi d’être plus proches des personnes vulnérables, en particuliers les veuves et les enfants.

Les Bashingantahe résolvent les conflits qui existent entre les citoyens en sauvegardant leur personnalité et notamment sans recourir aux pots de vin. Ils s’engagent aussi à être les ambassadeurs de la vérité, de l’entente mutuelle partout où ils sont.

Les personnes investies bashingantahe ont dit que ces cérémonies sont d’une importance capitale pour la sauvegarde de la culture Burundaise.

Un peuple qui relègue à l’écart sa culture est tôt ou tard voué à sa disparition, a-t-il martelé. Selon eux même les rwandais de la diaspora vers 1980 se sont servis de leur culture notamment à travers les chansons pour se retrouver.

Pour lui, les Burundais qui détestent cette institution devraient se ressaisir.

La pratique de l’investiture des Bashingantahe est une des caractéristiques du Burundi ancien. Elle a été innové par l’Abbé Adrien Ntabona, Professeur à l’Université du Burundi pendant que la guerre battait son plein au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

4367 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : Les enseignants dénoncent un recensement mal organisé



a

CICR au Burundi : Bilan 2018



a

Bubanza : les autodidactes s’inscrivent à compte-gouttes



a

Cibitoke : des directeurs craignent le non achèvement de programmes



a

La SODEBASE plaide pour un leadership digne



a

Bubanza : les CEM ouvrent avec sept mois de retard



a

Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système



a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires





Les plus populaires
Bururi : Les enseignants dénoncent un recensement mal organisé,(popularité : 12 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 7 %)

Sorbonne, SIHO et HCR ouvrent l’université des réfugiés au Burundi en septembre ,(popularité : 7 %)

Rwanda :les réfugiés burundais transférés vers Kirehe,(popularité : 7 %)

Ex-Etat : pas de défis majeurs sauf quelques absences et retards ,(popularité : 7 %)

L’ONU regrette la promulgation d’une loi aux effets « négatifs » sur la liberté de la presse,(popularité : 6 %)

Muyinga : Des activités visant la fidélisation des démobilisés du CNDD-FDD en cours ,(popularité : 6 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 6 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 6 %)

Désiré Niyondiko n’est plus, son épouse et son guide spirituel témoignent ,(popularité : 6 %)