Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 10 juin 2012  à 12 : 57 : 55
a

73 personnes seront investies Bashingantahe au cours de cet été dans la mairie de Bujumbura selon du moins un document dont la radio Isanganiro s’est procuré une copie ce samedi 10 juin 2012. 16 d’entre eux ont prononcé leur serment d’investiture ce même samedi dans la commune de Musaga.

Les personnes investies Bashingantahe se chargent en effet de résoudre les litiges de manière impartiale et en mettant en avant la cohésion nationale entre les citoyens.

Non moins riche d’enseignement est le contenu de ce serment. Les Bashingantahe s’engagent à être des portes paroles de l’honneur et de la dignité dans leurs familles respectives à travers leurs actes.

Ils s’engagent à éduquer leurs enfants selon les valeurs de l’institution d’Ubushingantahe. Ils se décident aussi d’être plus proches des personnes vulnérables, en particuliers les veuves et les enfants.

Les Bashingantahe résolvent les conflits qui existent entre les citoyens en sauvegardant leur personnalité et notamment sans recourir aux pots de vin. Ils s’engagent aussi à être les ambassadeurs de la vérité, de l’entente mutuelle partout où ils sont.

Les personnes investies bashingantahe ont dit que ces cérémonies sont d’une importance capitale pour la sauvegarde de la culture Burundaise.

Un peuple qui relègue à l’écart sa culture est tôt ou tard voué à sa disparition, a-t-il martelé. Selon eux même les rwandais de la diaspora vers 1980 se sont servis de leur culture notamment à travers les chansons pour se retrouver.

Pour lui, les Burundais qui détestent cette institution devraient se ressaisir.

La pratique de l’investiture des Bashingantahe est une des caractéristiques du Burundi ancien. Elle a été innové par l’Abbé Adrien Ntabona, Professeur à l’Université du Burundi pendant que la guerre battait son plein au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

3462 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Treize associations et coopératives : une solution urbaine pour les ordures dans les quartiers



a

Six personnes d’une même famille tuées à Karusi



a

Lycée Municipal de Gikungu : Quand dira-t-on demain ?



a

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés.



a

La toux, pas un seul signe de la tuberculose



a

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi



a

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque



a

La surpopulation scolaire, quelle solution ?



a

Burundi : Une campagne longtemps attendue pour une probable réduction de paludisme



a

Burundi : La lèpre, 500 nouveaux cas dépistés chaque année





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 4 %)

Les habitants de Kiyange vivent dans des conditions déplorables et demandent d’être assistés. ,(popularité : 4 %)

La toux, pas un seul signe de la tuberculose ,(popularité : 3 %)

Conflits fonciers : Réponse claire ou en langue de bois ? ,(popularité : 3 %)

Le français sur une pente glissante au Burundi malgré les efforts de la francophonie,(popularité : 3 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 3 %)

Rutana a enterré plus de 30 victimes du VIH Sida depuis juin 2011 ,(popularité : 3 %)

Le poisson frais motive le sit in devant les bureaux HCR,(popularité : 3 %)

Les étudiants du département des sciences appliquées à l’ENS regagnent peu à peu les cours ,(popularité : 3 %)