Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?




Par: Marc Niyonkuru, , dimanche 10 juin 2012  à 12 : 57 : 55
a

73 personnes seront investies Bashingantahe au cours de cet été dans la mairie de Bujumbura selon du moins un document dont la radio Isanganiro s’est procuré une copie ce samedi 10 juin 2012. 16 d’entre eux ont prononcé leur serment d’investiture ce même samedi dans la commune de Musaga.

Les personnes investies Bashingantahe se chargent en effet de résoudre les litiges de manière impartiale et en mettant en avant la cohésion nationale entre les citoyens.

Non moins riche d’enseignement est le contenu de ce serment. Les Bashingantahe s’engagent à être des portes paroles de l’honneur et de la dignité dans leurs familles respectives à travers leurs actes.

Ils s’engagent à éduquer leurs enfants selon les valeurs de l’institution d’Ubushingantahe. Ils se décident aussi d’être plus proches des personnes vulnérables, en particuliers les veuves et les enfants.

Les Bashingantahe résolvent les conflits qui existent entre les citoyens en sauvegardant leur personnalité et notamment sans recourir aux pots de vin. Ils s’engagent aussi à être les ambassadeurs de la vérité, de l’entente mutuelle partout où ils sont.

Les personnes investies bashingantahe ont dit que ces cérémonies sont d’une importance capitale pour la sauvegarde de la culture Burundaise.

Un peuple qui relègue à l’écart sa culture est tôt ou tard voué à sa disparition, a-t-il martelé. Selon eux même les rwandais de la diaspora vers 1980 se sont servis de leur culture notamment à travers les chansons pour se retrouver.

Pour lui, les Burundais qui détestent cette institution devraient se ressaisir.

La pratique de l’investiture des Bashingantahe est une des caractéristiques du Burundi ancien. Elle a été innové par l’Abbé Adrien Ntabona, Professeur à l’Université du Burundi pendant que la guerre battait son plein au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

3847 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Education : Un Examen d’Etat qui se déroule « sans entrave ».



a

Gouvernance : S’agit-il d’un chevauchement des ministères ?



a

Santé : Le virus d’Ebola approche dangereusement le Burundi



a

Signature de la convention de partenariat entre le ministère de l’agriculture et le FIDA



a

La police arrête de nouveau les enfants de la rue à Rumonge



a

Droits de l’homme : Nouvelle contribution au nom de « solidarité locale » !



a

Femmes et maçonnerie : une histoire qui se construit.



a

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète



a

Rumonge : Des abattoirs qui inquiètent



a

Burundi : Journée mondiale de la population, une croissance démographique alarmante





Les plus populaires
Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 4 %)

Vie chère : La société civile demande l’intervention du chef d’Etat en moins de deux semaines ,(popularité : 4 %)

Education : Un Examen d’Etat qui se déroule « sans entrave ».,(popularité : 4 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 3 %)

Le personnel de la SOBUGEA face aux difficultés,(popularité : 3 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 3 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 3 %)

Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 3 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 3 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)