Trois leaders de la société civile portent plainte contre Rema FM au CNC




Par: Désiré Nimubona , mardi 12 juin 2012  à 18 : 31 : 13
a

Trois organisations de la société civile burundaise Acat-Burundi, Aprodh et le Forsc viennent de saisir le Conseil National de la Communication, CNC, contre un éditorial de la Radio Rema FM du 8 et 9 juin 2012.

« (…) nous venons de saisir le Conseil National de la Communication pour porter plainte contre la Radio Rema FM suite à la diffusion en dates du 8 et 9 juin 2012, d’un éditorial comportant des propos faux, graves, injustes et diffamatoires à l’encontre des présidents des organisations Acat-Burundi, Aprodh et Forsc, » déclare le Délégué Général du Forsc, Pacifique Nininahazwe.

Les trois organisations de la société civile rappellent que Rema FM a accusé à tort et à travers, le président de l’Acat-Burundi, Me Armel Niyongere, le Délégué Général du Forsc, Pacifique Nininahazwe et le président de l’Aprodh, Pierre Claver Mbonimpa, de « vouloir le renversement des institutions légitimes, de faire partie d’un groupe d’individus qui se sont donné la mission de détruire le Burundi avec des allures des rebelles ».

En plus, souligne le trio Acat-Forsc-Aprodh, la radio Rema FM a accusé, dans ces éditoriaux, de « faire partie d’agitateurs animés d’un extrémisme chronique qui ne rêvent que le retour à la guerre », et de « faire la promotion des malfaiteurs ».

Les trois organisations de la société civile soulignent que l’origine de tout ce malaise est la dénonciation de l’assassinat de Juvénal Havyarimana, membre du MSD tué à Gitega, il y a quelques jours, alors « qu’il aurait été arrêté le 28 mai par des gens en uniforme de police ».

Les plaignants soulignent que cet éditorial a appelé la population burundaise à attaquer les trois responsables, en les comparant aux ennemis de la république.

Les trois organisations de la société civile soulignent que la radio Rema FM a continué à diffuser l’éditorial malgré l’interdiction du CNC, appelant ainsi à ce même conseil « de prendre le courage à deux mains pour (leur) faire justice ».

La Rema Fm de son côté semble ne pas avoir peur de cette saisine. Jointe par téléphone, la directrice de cette radio, Nancy Ninette Mutoni, souligne que nul ne peut leur faire changer la ligne éditoriale.

Cependant, elle ajoute que le geste des trois organisations est salutaire. « Nous avons bien accueilli le geste car ils se sont confiés à un organe que nous reconnaissons, » souligne N. N .Mutoni.

« On ne peut pas plaire à tout le monde » laisse-t-elle entendre, demandant plutôt aux trois organisations d’avoir le courage d’accepter des informations qui ne leur plaisent pas comme cela peut arriver à n’importe quelle autre personne.

S’exprimant sur le refuse de sa radio d’interrompre la diffusion de cet éditorial , comme recommandé par le Conseil National de la Communication, la directrice de Rema FM fait savoir que la lettre du CNC « n’était pas claire », et par la suite cette radio a décidé de continuer à diffuser l’éditorial.

Mutoni souligne que la comparution de cette radio est fixée ce même mardi à 15h à la CNC.

Les trois organisations de la société civile burundaise s’étaient montrées inquiètes de la mort de Juvénal Havyarimana membre du MSD, tué par des gens qui seraient de la police, selon ces organisations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

1195 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Kayanza manque de terres cultivables ,(popularité : 3 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 3 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 2 %)

Procès Gatumba: "Parodie de justice",(popularité : 2 %)

2011, année des violations massives des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU,(popularité : 2 %)

Un agent du SNR arrêté à Gihanga ,(popularité : 2 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 2 %)

La CVR appelle au respect du récit des déposants,(popularité : 2 %)